ATP / Buenos Aires : présentation du tournoi et analyse du 1er tour

« Un adieu plus qu’un retour. » C’est en ces termes que Juan Martin Del Potro a débuté sa conférence de presse. Alors que le monde du tennis s’apprêtait à fêter le retour de l’un de ses chouchous, l’ancien n°3 mondial a expliqué qu’il n’irait certainement pas au-delà du tournoi de Buenos Aires (et peut-être celui de Rio) et qu’il allait mettre fin à sa carrière. « Je dors avec la douleur depuis deux ans et demi. Nous avons essayé des tas de traitements différents, mais mon genou me fait vivre un cauchemar. Après ces deux semaines, Dieu décidera de mon futur, mais je veux vivre comme un homme normal de 33 ans, sans douleur. Je ne veux pas prendre ma retraite en conférence de presse, mais sur le court. » L’ancien vainqueur de l’US Open 2009 n’a plus joué un match officiel depuis 2 ans et demi – au Queen’s en 2019 – et va disputer le tournoi de Buenos Aires pour la première fois depuis ses 17 ans. « Pour être honnête, je dois dire que je ne viens pas pour un retour miraculeux comme en d'autres occasions. Je connais les limites de mon corps. » Et nombreux sont ceux qui espèrent le voir triompher pour son dernier tour de piste. Mais une fois que le cœur a parlé, essayons quand même d’analyser un peu plus froidement cette édition 2022.

Rendez-vous incontournable de la Golden Swing, ce tournoi de Buenos Aires est particulier parce qu'il attire souvent les meilleurs terriens du monde malgré le fait qu'il ne soit qu'un tournoi ATP250. En effet, en regardant les finalistes de ce tournoi depuis son retour au calendrier ATP en 2001, on retrouve des joueurs qui ont brillé à Roland Garros. Du côté des vainqueurs, on a Nadal, Gaudio, Kuerten, Nalbandian, Thiem, Moya, Ferrer ou encore Ferrero. Tous des habitués du dernier carré parisien. Et même les finalistes ont fière allure : Wawrinka, Nishikori, Schwartzman, Fognini, Monaco ou encore Almagro.

Cette année, le plateau ne sera pas très prestigieux avec seulement 2 membres du Top 20, Ruud et Schwartzman, mais la présence de Juan Martin Del Potro vaut bien plusieurs Top 20 ! Les autres joueurs qui complètent le tableau sont évidemment de vrais spécialistes de la surface et pour beaucoup déjà titrés sur l'ocre durant leur carrière : Sonego, Ramos, Fognini, Lajovic, Djere, Paire, Cuevas, Kecmanovic, Delbonis ou encore Carballes et Verdasco.

L'autre particularité de ce tournoi concerne les conditions de jeu. Ce tournoi de Buenos Aires est l'un des plus lents de la saison. La terre y est lourde, humide, pesante. Ce qui a pour effet un nombre très élevé de breaks et très peu de tie-breaks. Mais attention, la météo sera clémente cette semaine dans la capitale argentine avec du soleil et des températures comprises entre 24 et 29° dont la terre sera moins lourde et humide que les éditions précédentes. On a pu le voir en qualifications d'ailleurs.

Paradoxalement, même si ce tournoi fait souvent la part belle aux cadors, quelques joueurs "surprises" ont fait leur apparition en finale. On pense notamment à Bedene en 2018 (coté à 40 contre 1) ou Dolgopolov en 2017 (coté à 33 contre 1), voire même Almagro en 2016 (coté à 50 contre 1). Pour autant d'une manière générale, le taux d'outsider est assez faible pour un tournoi sur terre en catégorie 250. En fait, c'est le plus faible du circuit depuis 2010 avec seulement 27,8% d'outsiders en compagnie d' Estoril et Munich. Mais l’édition 2021 est venue  faire, de nouveau, la part belle aux surprises avec le parcours exceptionnel de Francisco Cerundolo, finaliste alors qu’il sortait des qualifications.

Au niveau des qualifiés justement, leur bilan au premier tour n’est pas exceptionnel : 18 victoires pour 28 défaites (39%) sur les 10 dernières saisons. Mais l’an dernier, ils ont répondu présents avec un 4/4 au premier tour et trois d’entre eux (Jaume Munar, Francisco Cerundolo et Summit Nagal) se sont hissés en quarts de finale alors que seulement trois joueurs y étaient parvenus depuis 2010 : Julian Reister en 2013, Igor Andreev en 2012 et Santiago Ventura en 2010.

 

Ruud, un retour gagnant ?

Cela fait évidemment moins de bruit que Juan Martin Potro à juste titre, mais Casper Ruud est lui aussi de retour. Après avoir disputé l’ATP Cup, le Norvégien avait dû renoncer à l’Open d’Australie après s’être blessé à la cheville à l’entraînement. Pour son retour sur terre battue et à Buenos Aires, où il avait été titré en 2020, le n°8 mondial sera la tête de série n°1 du tournoi. D’après des images de son dernier entraînement au Lawn Tennis Club, Ruud a semblé en forme et prêt à reprendre la compétition. En 2021, le Norvégien présente un bilan de 19 victoires en 21 matchs dans les ATP 250 sur terre et reste sur 16 victoires consécutives et 4 titres d’affilée (Genève, Bastad, Gstaad et Kitzbühel).

Ruud est le favori logique de ce tournoi, mais il devra réaliser un match sérieux au second tour face à Roberto Carballes Baena ou Nicolas Jarry.  L’Espagnol a battu Rune à Cordoba et n’était pas loin de faire tomber Sonego, mais il n’a jamais trop réussi en Amérique du Sud (42% de victoires et seulement 3/6 en position de favori). De plus, leurs duels ont souvent été accrochés et en six matchs sur terre, les deux joueurs en sont à 3-3. Cependant, Carballes a remporté les 3 qui ont été disputés en Amérique du Sud. Après sa suspension pour dopage, le Chilien semble retrouver malgré tout un bon niveau. Titré à Lima en Challenger fin octobre, il est sorti des qualifs à Cordoba et ici à Buenos Aires.

S’il arrive à se hisser en quart de finale, le Norvégien aura un match à sa portée. Pablo Cuevas n’a pas été en vue depuis un moment et n’a plus remporté un match sur le circuit depuis le premier tour de Roland Garros (6 défaites de rang). Malgré tout, sur terre, c’est un joueur à ne pas sous-estimer et qui a joué une demi-finale à Genève en 2021. D’autant plus que l’Uruguayen présente un bon bilan en Argentine de 14 victoires en 26 matchs (il a aussi gagné à Rio en 2016 après avoir battu Nadal). Face à lui, Federico Coria semble avoir du mal à se remettre de la Covid, contractée à son arrivée en Australie. Il vient d’enchaîner deux défaites au premier tour, dont une assez surprenante d’entrée à Cordoba (contre Ficovich, 230ème). En Argentine, il a un bilan de 3 victoires en 7 matchs, mais a facilement battu Cuevas sur terre l’an dernier.

Pour tenter d’aller défier Ruud, Cuevas ou Coria devra d’abord venir à bout de Benoit Paire ou Dusan Lajovic. Le Français n’a pas été transcendant à Cordoba et a la fâcheuse tendance à rater ses tournées sud-américaines (2 victoires en l’espace de 7 tournois). À Rio, en qualité de tête de série n°1, il avait d’ailleurs perdu face à Lajovic en 2016. Sur terre battue, Paire n’a plus battu une tête de série depuis mai 2019. Mais il aura tout de même un coup à jouer dans la mesure où le Serbe fait ses premiers pas sur l’ocre cette saison et n’a pas vraiment impressionné sur cette surface l’an dernier. Face au Top 100, il n’a même remporté que 2 de ses 9 derniers matchs. À Buenos Aires, il a un bilan de 4 victoires en 9 matchs, mais a atteint les quarts à deux reprises.

L'inconnu Del Potro

Dans cette partie du tableau, la plus grosse tête de série, Fabio Fognini est en grande difficulté et ne semble pas en mesure de tirer son épingle du jeu dans ce quart de tableau. L’Italien a remporté deux matchs en six mois et n’a disputé qu’un seul quart de finale sur terre en l’espace de 2 ans et demi. Il peut aussi manquer de repères avec seulement deux matchs joués en Argentine en 2013 et 2014.

Pour son entrée en lice, il retrouvera Alejandro Tabilo ou Pedro Martinez. Le Chilien est en grande forme avec une première finale disputée à Cordoba (perdue face à Ramos Vinolas) et rentre directement dans le tableau grâce à un statut de special exempt. Ce dernier a beaucoup puisé physiquement et mentalement et pourrait avoir beaucoup de mal à enchaîner. Un effondrement d’entrée n’est pas à exclure, d’autant plus face à Martinez, un joueur toujours très difficile à manœuvrer sur terre. L’Espagnol a déjà battu des joueurs comme Bautista Agut et Kord et avait atteint la finale à Kitzbühel l’an dernier. Il a également remporté 6 des 8 derniers matchs face à des gauchers.

Un peu plus bas, tout le monde aura les yeux rivés vers ce beau duel entre Juan Martin Del Potro et Federico Delbonis. « J'ai envie que mon match de mardi soit inoubliable. Ma maman sera présente, elle ne m'a jamais vu jouer en tournoi. » C’est un match évidemment très difficile à analyser compte tenu du gros point d’interrogation sur Del Potro, absent depuis deux ans et demi. Comment sent-il son tennis actuellement ? Ce que l’on sait, c’est que tous les joueurs ayant tapé la balle avec lui (Schwartzman, Garin entre autres) s’accordent à dire que l’Argentin semble en forme. Apparemment, son service ferait aussi toujours autant de dégâts. Physiquement, le genou va-t-il tenir le choc ? Va-t-il pouvoir enchaîner les matchs ? Impossible de le savoir. En termes de stats, Del Potro réussit bien face aux gauchers sur terre (surtout si l’on enlève Rafael Nadal de l’équation) avec un bilan de 10 victoires en 11 matchs. Il a également un taux de victoire impressionnant face aux joueurs argentins depuis 2009 avec pas moins de 92% de victoires (et seulement un seul set concédé en 12 matchs !) et mène 1-0 face à Delbonis. La tête de série n°6 lui, n’a pas réussi sa rentrée sur terre en s’inclinant sèchement contre Taberner à Cordoba, mais présente un bon bilan à Buenos Aires (52% de victoires), un tournoi dans lequel il a atteint trois fois les quarts et une fois le dernier carré. Face aux Argentins en Argentine, son bilan est de 2 victoires en 6 matchs (seulement 8/21 sur terre en carrière). Un coup à jouer pour Del Potro ? « Je ne souhaite pas, même à mon pire ennemie d’endurer ce que Del Potro a enduré. Cela va être une ode au combat, à la persévérance et à l’amour du sport. J’espère que le public va jouer un rôle important pour que cela devienne une fête. J’espère qu’il sera là encore pour un moment, qu’importe le résultat. »

Le vainqueur de ce match défiera Juan Ignacio Londero ou Pablo Andujar. La dynamique est clairement du côté de Londero, demi-finaliste à Cordoba et qui joue souvent son meilleur tennis à domicile (bilan de 13 victoires en 19 matchs). Mais il devra récupérer physiquement avant de défier Andujar, un joueur expérimenté. L’Espagnol a réalisé plusieurs bons matchs sur cette surface en 2021 (face à Thiem, Federer), mais n’a jamais excellé à Buenos Aires (5 victoires en 15 matchs). En 2021, il y a tout de même atteint les quarts, dominant par la même occasion… Londero (6-3, 6-0). 

Ramos peut-il enchaîner ?

Pas vraiment convaincant à Cordoba cette semaine, Lorenzo Sonego fait tout de même parti des favoris, mais devra livrer de très bonnes prestations pour espérer rejoindre le dernier carré au vu de sa partie de tableau. L’Italien manque de régularité depuis plusieurs mois (45% de défaites face à des joueurs moins bien classés depuis les JO). C'est sa troisième participation à la Golden Swing et pour le moment, en Argentine, Sonego a été peu performant (3 victoires en 7 matchs).

Il aura un match compliqué d’entrée contre Sebastien Baez ou Holger Rune. Après un bel Open d’Australie, l’Argentin a fait bonne impression à Cordoba avec un premier quart de finale et une belle victoire sur Garin. De son côté, Rune n’a pas encore remporté le moindre match dans un tableau principal cette année, mais le Danois a prouvé, sur le circuit Challenger, sa capacité à performer sur terre. Les derniers résultats parlent plus en faveur de Baez, d’autant plus à domicile, mais Rune l’a déjà battu sur terre, à Santiago l’an dernier (1-1 entre les deux hommes sur terre).

Albert Ramos Vinolas sera évidemment l’un des joueurs à surveiller dans cette partie de tableau. Vainqueur de son 4ème tournoi sur terre à Cordoba, l’Espagnol a le physique pour enchaîner et l’a déjà prouvé par le passé. Pas plus tard que l’an dernier, il avait atteint la finale à Cordoba justement, avant de se hisser en demie la semaine suivante dans la capitale argentine. Attention tout de même, il aura un premier tour compliqué contre Thiago Monteiro, un joueur difficile à battre sur terre. En cinq tournois, il n’a remporté qu’un match en Argentine. Mais Ramos Vinolas gère très bien ses matchs contre les gauchers avec 13 victoires lors des 16 derniers matchs.

S’il parvient à se hisser au second tour, Ramos pourrait retrouver Fernando Verdasco ou Hugo Dellien. L’Espagnol n’a jamais enchainé deux victoires en Argentine. En deux ans et demi, il n’a battu que Pouille, Mannarino et Kovalik sur terre. Dellien est un bon joueur de terre et son bilan face aux gauchers sur terre est quasiment à l’équilibre (19-18).

Munar, première demie en AmSud ?

Dans la hiérarchie des favoris, Diego Schwartzman est une tête de série n°2 logique. Le problème, c’est que l’Argentin, qui sort d’une demie à Cordoba, est gêné par une douleur aux abdominaux et personne ne sait s’il va pouvoir tenir sa place ici, à Buenos Aires. « Je ressentais la douleur dès le matin du match, au niveau de l’estomac, a-t-il déclaré après son quart de finale. Ce n’était pas grand-chose, mais quand même. » En demi-finale contre Tabilo, il a expliqué ne pas être à l’aise avec son tennis : « Il n’y a pas d’excuses, j’ai juste joué un mauvais match. Je ne me suis pas senti à l’aise. Hier c’était un match assez pauvre de mon côté et j’ai reproduit la même chose aujourd’hui. C’est difficile de gagner en jouant comme ça. » Son bilan à domicile reste tout de même très bon avec 68% de victoires et pour 5 demies en 9 tournois disputés.

Si l’Argentin n’est pas au rendez-vous, Jaume Munar peut être l’une des surprises de ce quart de tableau. Même si l’Espagnol n’a, pour l’instant, pas remporté le moindre titre sur terre malgré ses 8 quarts de finale depuis 2018. Il sera opposé à Tomas Etcheverry pour son entrée en lice. L’Argentin s’est hissé au 2ème tour à Cordoba mais, malgré son statut de grand espoir, il reste pour l’instant un cran en dessous de Munar.

Attention aussi à Laslo Djere, qui retrouve sa meilleure surface et qui a souvent bien figuré en Argentine avec un quart (à Buenos Aires) et une demie (à Cordoba) en trois tournois disputés. Il avait également été titré à Riom mais dans des conditions plus rapides. L’an dernier, le Serbe a bien négocié la majorité de ses tournois sur l’ocre avec notamment une finale à Cagliari, et deux demies à Hambourg et Gstaad. En 2021, il a remporté 11 des 15 matchs qu’il a joués sur terre contre des adversaires moins bien classés. Il retrouvera son compatriote Miomir Kecmanovic pour l’un des gros chocs du premier tour. Kecmanovic peut s'appuyer sur l'expérience de Nalbandian mais il reste sur une série de 5 victoires lors des 15 derniers matchs sur terre. Il avait tout de même montré le bout de son nez lors de l’édition précédente avec une belle demi-finale où il avait battu… Djere en quart. Son compatriote s’était vengé à Roland Garros deux mois plus tard. Djere n’a remporté que 4 des 9 matchs qu’il a joués contre des joueurs serbes sur cette surface, alors qu’il n’a jamais rencontré Novak Djokovic.

Celui qui sortira vainqueur de cette opposition aura un coup à jouer contre Facundo Bagnis, décevant à Cordoba avec une défaite dès le premier tour contre Varillas. À Buenos Aires, l’Argentin n’a remporté que 3 de ses 11 matchs (1/2 en position de favori). Il sera opposé à son compatriote Francisco Cerundolo, finaliste en titre et qui aura sans doute à cœur de bien se comporter dans un tournoi où il a d’excellents souvenirs. Battu par Tabilo à Cordoba, il a remporté un titre en Challenger en début d’année. Cerundolo a remporté 66% de ses matchs face aux gauchers sur terre et présente même un bilan de 9 victoires pour 5 défaites contre les gauchers mieux classés.

Un prono vaut mille mots

ATP - Buenos Aires Par AB Tennis
Tabilo vs Martinez

Victoire Martinez
Gagné

Cote 1.73 ZEbet

Mise BK 1.5%

le 06/02