ATP / Cordoba : présentation du tournoi et analyse du 1er tour

Après un mois sur dur, les amoureux de la terre battue ont déjà l’occasion de se faire plaisir avec un premier rendez-vous sur l’ocre à Cordoba. Pour sa troisième édition, le tournoi argentin accueillera un beau plateau avec Diego Schwartzman (finaliste en 2020) en guise de tête de série n°1 et surtout Dominic Thiem, de retour à la compétition après plus de 6 mois sur le flanc en raison d’une blessure au poignet. Au total, il y aura 3 membres du Top 20 et 6 du Top 50. La délégation argentine sera évidemment très bien représentée avec pas moins de 9 joueurs présents dans le tableau, dont le local de l’étape, Juan Ignacio Londero, vainqueur en 2019. On regrettera cependant le forfait de Juan Manuel Cerundolo, surprenant vainqueur l’an dernier, en raison d’une blessure au psoas.

Les conditions de jeu à Cordoba ne sont pas aussi lentes que certaines autres terres battues sud-américaines puisque le stade Mario Alberto Kempes qui accueille le reste de l’année le club de football de Talleres (première division argentine) est situé à environ 400 mètres d’altitude, ce qui accélère la pénétration de la balle dans l’air. Néanmoins, l'humidité sera le facteur clé de ces conditions de jeu. Si la pénétration de la balle dans l’air va vite, les rebonds ralentissent énormément les échanges sur cette terre lourde. Il faudra également être très attentif à la météo puisque la pluie est attendue sur Cordoba à partir de mercredi et pourrait venir perturber les conditions de jeu (avec un taux d’humidité allant jusqu’à 70%).

Lors de la première édition, il y avait eu seulement 52% de victoires des favoris (14 sur 27) , l'un des taux les moins élevés de la saison 2019. L’an dernier, il y avait eu 10 victoires des outsiders pour 17 des favoris. Du côté des têtes de série, après l’hécatombe en 2019 où seuls Pella (finale) et Schwartzman (quarts de finale) avaient réussi à passer le 2ème tour, la situation est rentrée dans l’ordre en 2020 avec 6 têtes de séries présentes en quarts de finale. L’an dernier, Juan Manuel Cerundolo a évidemment bouleversé les statistiques en remportant le titre alors qu’il sortait des qualifications. Seulement 4 têtes de série étaient présentes en quart et une seule en demie, contre deux qualifiés dans le dernier carré.

Munar, outsider principal de Schwartzman ?

Décevant à l’Open d’Australie avec une défaite en trois petits sets contre O’Connell dès le deuxième tour, Diego Schwartzman n'était pas à 100% en Australie : « La vérité, c'est que je n'allais pas bien. Je pensais que j'allais bien récupérer de mon match contre Krajinovic [il a eu des crampes en fin de match] mais ça n'a pas été le cas. J'avais des douleurs que je n'ai pas l'habitude d'avoir, et cela m'a compliqué la préparation de ce match. » Il est de retour chez lui sur la surface où il est le plus à l’aise. C’est d’ailleurs à domicile, à Buenos Aires, qu’il avait remporté son dernier tournoi ATP début mars 2021. Globalement, Schwartzman réussit très bien sur ses terres puisqu’il présente un bilan de 68% de victoires en Argentine et s’est hissé à 4 reprises en demi-finale en 8 tournois disputés (3 finales et un forfait). Avec le statut de tête de série n°1, le n°13 mondial fait logiquement figure de favori dans la mesure où Dominic Thiem revient tout juste à la compétition.

Pour son entrée en lice, il défiera l’un de ses compatriotes puisque Federico Coria affronte Juan Pablo Ficovich. Coria mène 9-1 sur terre battue (mais il a perdu la dernière confrontation en 2019), mais attention, il a souvent contre-performé face à des joueurs moins bien classés. En qualité de Top 100, il a même perdu 37% de ses matchs sur terre battue face à des joueurs situés entre la 150ème et la 300ème place mondiale (Ficovich est 230ème). Mais il n’en reste pas moins demi-finaliste en titre ici, à Cordoba.

L’un des chocs de ce premier tour est l’affrontement entre Benoit Paire et Jaume Munar. Le Français a montré de belles choses à Melbourne en dominant Dimitrov et en produisant un très bon match face à Tsitsipas au 3ème tour. S’il poursuit sur cette lancée, il est tout à fait capable d’aller loin dans ce type de tournoi sur terre battue. Déjà titré sur l’ocre de Marrakech, Bastad et Lyon, Paire mène 2-1 sur terre battue face à l’Espagnol. Cependant, il n’a jamais vraiment réussi en Amérique du Sud (2 victoires en l’espace de 6 tournois). Son adversaire présente un bon bilan en Argentine (54% de victoires), un pays où il a atteint par trois fois les quarts de finale (deux fois à Buenos Aires et une fois à Cordoba). Il a également un bilan quasiment à l’équilibre face aux grands serveurs mieux classés sur terre battue (3 victoires – 4 défaites), tout en ayant remporté 43% de ses matchs face à des joueurs mieux classés sur cette surface en 2021. Au vu de sa prestation à l’Open d’Australie, la cote de Benoit Paire à 2.90 est tentante (comme souvent avec le Français). D'autant plus que d'après une information de DRX obtenue auprès de certains observateurs sur place, il est arrivé jeudi et est apparu en forme à l'entraînement.

Le vainqueur de ce duel aura un second tour à sa portée face à Daniel Galan ou Hugo Dellien. Le Colombien, lucky loser, a échoué en qualifications face à Jarry, mais reste sur une bonne dynamique en ce début de saison avec un titre au Challenger de Concepcion où il a d’ailleurs battu Dellien en demi-finale (6-4, 2-6, 7-6). Les deux duels sur terre entre les deux hommes ont été très accrochés et il semble bien difficile de donner un avantage à l’un des deux joueurs. Le Bolivien réalise également un bon début de saison dans l’antichambre de l’ATP avec deux demies à Conception et chez lui à Santa Cruz. Aucun des deux n’a remporté un match à Cordoba.

 

Enfin le réveil de Garin ?

Dans cette partie du tableau, Cristian Garin est le joueur à suivre. Le Chilien est un redoutable joueur de terre battue, une surface où il a déjà remporté 5 titres, dont les trois derniers en Amérique du Sud (dont Cordoba 2020). Attention tout de même puisque Garin a connu quelques contre-performances sur sa surface de prédilection l’an dernier avec notamment des défaites face à Nagal à Buenos Aires, Coria à Bastad ou encore Gaston à Gstaad.  D’autant plus qu’il n’a pas la partie de tableau la plus simple avec que des spécialistes de terre battue. Sur les 17 ATP 250 qu’il a disputés sur terre, il a tout de même atteint 9 fois les quarts et 5 fois les demies.

Au tour suivant, il retrouvera Sebastian Baez ou Fernando Verdasco. Le prodige argentin est en pleine progression et aura à cœur de briller chez lui pour la première fois sur le circuit ATP. Après un bon Open d’Australie, il partira largement favori face à un Verdasco qui n’a remporté que deux matchs en 2021 et qui s’est incliné face à Nicolas Moreno De Alboran (311ème) et Pedro Cachin (226ème) en Challenger. Baez reste sur 8 victoires de rang face aux gauchers.

Un peu plus bas, Federico Delbonis est évidemment à surveiller. L’Argentin est toujours un danger dans les « petits » tournois de terre battue et a dû se réjouir de quitter le dur après ses 10 défaites consécutives. Titré à Sao Paulo et Marrakech, il partira favori face à Carlos Taberner. L'Argentin réussit plutôt bien chez lui (demie à Buenos Aires et à Cordoba). Mais il a parfois tendance à se faire surprendre en position de favori, notamment face aux joueurs hors top 100 avec 38% de défaites en 2021. Il devra se méfier de Carlos Taberner qui présente un bilan positif face aux gauchers mieux classés (8-5) sur terre.

S’il parvient à se défaire du piège Taberner, Delbonis pourrait retrouver Alejandro Tabilo ou Francisco Cerundolo.  À deux reprises, Cerundolo a balayé le Chilien sur terre. Sans surprise, l’Argentine lui réussit bien puisqu’il s’était révélé en atteignant la finale à Buenos Aires la saison dernière (battant des joueurs comme Ramos et Coria).

Sonego, un favori en danger ?

Lorenzo Sonego manque de régularité depuis son beau parcours à Rome l’an dernier. Si tout n’a pas été catastrophique, l’Italien a tout de même été en deçà de son statut de Top 25 en termes de résultats (seulement deux quarts de finale sur les 11 derniers tournois et 43% de défaites face à des joueurs moins bien classés depuis les JO). Malgré son statut de tête de série n°4 on l’imagine mal dans les 2-3 gagnants potentiels. C'est sa troisième participation à la Golden Swing et pour le moment, en Argentine, Sonego a été peu performant (2 victoires en 6 matchs).

Il pourrait même être en difficulté dès son entrée en lice contre Holger Rune ou Roberto Carballes Baena. Le Danois avait d’ailleurs battu Sonego à Metz et progresse à vue d’œil (il vient d’entrer dans le Top 100). C’est un joueur très à l’aise sur terre battue (trois titres en Challenger l’an dernier) qui a déjà montré qu’il était capable de performer sur le circuit principal (quart de finaliste à Santiago, 2ème tour à Kitzbühel). Dans cette partie de tableau, il a son mot à dire. De son côté, Carballes Baena est un bon joueur de terre, mais reste assez irrégulier et semble un cran en dessous en termes de niveau de jeu.

Tête de série n°6, Albert Ramos Vinolas déçoit rarement dans les ATP 250 sur terre battue. En 2021 c’est : 7 tournois, 5 demies, 2 finales et 1 titre. Il avait d’ailleurs été particulièrement performant en Argentine puisqu’il est finaliste en titre à Cordoba et demi-finaliste à Buenos Aires. Il a également remporté 80% de ses matchs contre des joueurs moins bien classés dans cette catégorie de tournoi sur terre. Il affrontera un Andrej Martin en difficulté en ce début de saison, qui n’a pas encore remporté le moindre match, malgré deux tournois disputés en Challenger.

S’il gère bien son premier tour, l’Espagnol pourrait retrouver Facundo Bagnis ou Juan Pablo Varillas. Malgré un bien meilleur classement, Bagnis s’est incliné lors deux dernières confrontations sur terre contre le Péruvien. Même face à des joueurs moins bien classés, l’Argentin n’est pas une assurance tout risque (moins de 60% de victoires en carrière). Mais il a tout de même de bons souvenirs à Cordoba puisqu’il y avait atteint sa première demie sur le circuit ATP, (suivie par celle de Santiago le mois suivant).

4ème quart de tableau

Plus de 6 mois après sa dernière apparition, Dominic Thiem fait son grand retour sur le circuit. Si son père a déclaré que son poignet allait bien et que les sensations étaient bonnes (mettre le lien de la BN), il est impossible de dire à quel niveau nous allons retrouver l’Autrichien. Une chose est sûre, il sera très certainement en manque de rythme puisque rien ne remplace un match officiel. En Argentine, la tête de série n°2 a toujours très bien réussi avec deux titres et une demi-finale à Buenos Aires en trois participations. Il fera sa première apparition à Cordoba.

Il aura un premier match à sa portée contre Tomas Etcheverry ou Nicolas Jarry. Etcheverry est l’un des meilleurs espoirs argentins et un spécialiste de terre battue (2 titres en Challenger en 2021). Il avait facilement battu Jarry en novembre 2021 au Brésil. C’est à Cordoba qu’Etcheverry avait signé sa première victoire sur le circuit. Attention tout de même, il reste sur un abandon la semaine dernière pour une douleur à la jambe.

Dans sa partie de tableau, Thiem devra se méfier de Pedro Martinez, un joueur toujours très difficile à manœuvrer sur terre. L’Espagnol a passé un cap l’an dernier en signant sa première finale à Kitzbühel, perdu en trois manches contre Ruud.  En 2021, il a tout de même battu des joueurs comme Bautista Agut et Korda sur terre. Mais il n’aura pas un premier tour facile à gérer contre Thiago Monteiro, qu’il avait battu à Bastad en 2018. Le Brésilien a bien lancé sa saison avec un quart à Adélaïde, mais n’a plus battu sur terre battue un joueur mieux classé depuis Roland Garros 2020 (défaites contre Delbonis, Djere, Basilashvili, Kecmanovic et Fucsovics). En cinq tournois, il n’a remporté qu’un match en Argentine. Pedro Martinez a remporté 9 des 12 derniers matchs sur l’ocre contre un gaucher moins bien classés.

En cas de victoire, Martinez pourrait retrouver Yannick Hanfmann ou Juan Ignacio Londero. L’Allemand est un très bon joueur de terre et l’a encore prouvé la saison dernière en se hissant en demie à Bastad et en quart à Cagliari. Mais il n’a pas disputé le moindre match en Argentine et un seul en Amérique du Sud, un manque de repères qui pourraient joueur en la faveur du local de l’étape. Londero reste sur 9 défaites de rang sur terre battue (circuit ATP), mais il avait été sacré à Cordoba en 2019 alors qu’il disposait d’une wild-card. Il devrait, sans aucun doute, jouer un bon match face à son public, lui qui a toujours très bien réussi à domicile (10 victoires en 15 matchs). Seul bémol, sa préparation a été perturbée par la Covid. Cependant, il nourrit de grandes ambitions en 2022 avec Andrés Schneiter à ses côtés.

Cliquez ici pour retrouver nos pronostics sur les matchs du premier tour

Nos values sur les vainqueurs de quarts potentiels

Q1 - Paire @10 / Munar @4

Q2 - Garin @3

Q3 - Ramos @3,50

Q4 - Jarry @8 / Martinez @5