ATP / Madrid : Murray, dans la tête de Shapo ?

Et si l’Écossais venait créer la surprise alors qu’il ne devait ni jouer Madrid, ni même fouler la terre battue cette année ? Pour le moment, le Masters 1000 espagnol sourit aux « invités », puisque Draper, Pouille et donc Murray ont franchi le premier tour alors qu'ils étaient tous les trois donnés outsiders de leur rencontre. Face à Dominic Thiem, l’ancien numéro un mondial a certes profité des nombreuses erreurs de l’Autrichien, mais il s’est montré non seulement en jambes, mais aussi appliqué et inspiré dans ses choix tactiques. En plus, il a très bien servi, claquant 9 aces et remportant 78% des points derrière sa première et 69% après sa seconde. Saura t-il conserver son engagement inviolé contre Denis Shapovalov ? C’est une vraie possibilité, tant le Canadien a du mal à retourner (il n’a obtenu qu’une balle de break - convertie - face à Ugo Humbert) et tant il offre également, comme Thiem, de nombreux cadeaux à ses adversaires. 

C’est vrai, les conditions de jeu « volantes » et rapides de la Caja Magica ont de quoi avantager le N°16 mondial. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien qu’il s’est hissé en demie dans la capitale espagnole en 2018, alors que son ratio sur terre est globalement moyen (55% de réussite). Évidemment, si « Shapo » joue le feu, comme il sait parfois le faire, il pourrait étouffer Murray, à l’image de leur première confrontation (6-4, 6-2, 6-2 à Wimbledon 2021). Mais comme le Canadien possède un niveau de jeu changeant et aléatoire (il reste sur 2 défaites prématurées à Indian Wells et Miami), l’Écossais a de bonnes raisons d’y croire. Lui aussi apprécie jouer à Madrid. Il s’y est imposé à deux reprises, une fois sur dur intérieur (2008), une fois sur terre (2015). 

Murray s’adapte à tout. Aux blessures, aux surfaces, aux balles. Et sa volonté est sans faille. Certes, le deuxième match est toujours le plus compliqué à gérer pour lui depuis ses opérations à la hanche. Cette saison, il a perdu au deuxième tour lors de 6 épreuves auxquelles il a participé. La faute à un physique récalcitrant, une machine difficile à mettre en route après avoir tapé la veille. Mais après un mois et demi sans jouer, l’Écossais arrive frais. Et contre Thiem, il n’a pas dépensé beaucoup d’énergie (1h40). Cerise sur le gâteau, Murray a remporté 8 de ses 10 derniers matchs face aux gauchers sur la surface ocre. S’il parvient à entrer dans la tête du jeune canadien, il pourrait bien le faire exploser.

Un prono vaut mille mots

ATP - Madrid Par Rodolphe CAZEJUST
Murray vs Shapovalov

victoire Murray
Gagné

Cote 2.6 Winamax

Mise BK 1.5%

le 03/05