ATP / Marseille : Bonzi, un premier quart qui tombe à pic !

À bientôt 26 ans, Benjamin Bonzi va disputer son tout premier quart de finale sur le circuit principal. Garçon discret, il a été très bon en junior en étant bien classé et a même remporté des titres en double, associé à Quentin Halys. Après avoir passé de nombreuses années dans l’antichambre de l’ATP – où il y a fait encore des allers-retours avec succès (vainqueur du Challenger de Rennes la semaine dernière) – le Nîmois valide les progrès entrevus depuis fin 2020.

Après 7 titres et une 69ème place mondiale plus tard, l'un des meilleurs joueurs français sur le circuit en 2021 a pris de l’expérience et semble pouvoir se faire une place dans la durée au sein du Top 100 : « Je n’ai pas encore gagné beaucoup de matchs sur le grand circuit, mais ça vient petit à petit. Je prends de l’expérience et des repères. Ce n’est pas passé loin la semaine dernière à Marseille. Il faut du temps pour passer ce cap-là, mais je commence à prendre conscience que je suis à ma place, que les mecs ne sont pas injouables et qu’il y a toujours moyen de faire quelque chose. Petit à petit j’engrange de la confiance et ça vient. »

En un mois et demi de compétition, Bonzi a remporté quasiment autant de matchs ATP que depuis le début de sa carrière. Sur ce début de semaine, le Français s’est montré solide pour venir à bout de Kamil Majchrzak (7-6, 6-4) et Pierre-Hugues Herbert (6-4, 6-3). Pour notre consultant Rodolphe Gilbert, ancien entraîneur de Gilles Simon, Florent Serra ou encore Ugo Humbert, « Benjamin a mis du temps à éclore parce que dans le tennis de haut niveau, ce n’est pas juste 1+1 = 2, cela prend du temps. Tout le monde ne s'appelle pas Alcaraz, Gasquet ou Auger. 99% des joueurs ont besoin de temps pour murir et se développer. Sa rencontre avec Lionel Zimbler a été importante pour lui et il a passé un cap. C’est un entraîneur d’expérience avec qui le contact est très bien passé. »

En quart, il aura un très gros morceau face à lui en la personne d’Aslan Karatsev. Le Russe a été titré à Sydney, mais a tout de même alterné le bon et le moins bon depuis la fin de saison dernière. La preuve : sur les 7 derniers tournois, c’est 2 titres, mais également quatre éliminations au premier tour. Le Russe a fait le boulot face à Rune pour son entrée en lice (6-3, 7-6), mais il a encore montré quelques signes de faiblesses dans les moments cruciaux : « J’ai plutôt bien commencé le match, mais je me suis tendu dans le second set à 5-4. J’étais nerveux, mais je suis quand même heureux d’avoir conclu le match en 2 sets. » 

Il a également plusieurs contre-performances à son actif contre des joueurs classés au-delà de la 50ème place. Depuis le mois de mars, il présente un bilan de « seulement » 58% de victoires et 43% en indoor. Une chance à saisir pour le Français ? Il faut rappeler tout de même que ce dernier n'a jamais battu un joueur du top 50 mondial (6 défaites en 6 matchs).

L’œil de Rodolphe Gilbert 

Bonzi est un joueur capable de performer sur toutes les surfaces, capable d’attaquer et de très bien retourner. Aujourd’hui il commence à faire ses armes sur le circuit principal. Il fait partie de ses joueurs ayant une bonne attitude sur le terrain. Il a extrêmement bien joué sur les Challengers dans un premier temps, à la manière d’Ugo Humbert. Il semble prêt pour passer une nouvelle étape. Il va affronter Karatsev, qui avait été un peu en difficulté dernièrement mais qui regagne des matchs. Le Français ne partira évidemment pas favori dans la mesure où il n’a pas beaucoup d’expérience face à un joueur de ce standing. Le Russe n’est pas facile à manœuvrer mais je suis persuadé que Bonzi va tout donner et produire un bon tennis.