ATP / Montpellier : Des vents contraires pour Mannarino et Gasquet ?

L’un est favori, l’autre non, mais tous les deux jouent une place en quart de finale de l’Open Sud de France. Est-ce qu’Adrian Mannarino va confirmer son excellent niveau de jeu actuel en se débarrassant de David Goffin ? Richard Gasquet, sans doute pas à 100% physiquement, peut-il surprendre Soonwoo Kwon ? Éléments de réponse dans cette analyse, au cœur de l’Arena de Montpellier. 

Mannarino vs Goffin  

Un petit coup d’œil au classement ATP suffit à expliquer la tendance choisie par les bookmakers. En cette première semaine de février 2022, Adrian Mannarino (N°58) talonne David Goffin (N°52). Pas étonnant, quand on sait que le Belge a beaucoup de mal à retrouver le niveau qui lui a permis d’atteindre la finale du Masters 2017. Depuis deux ans tout pile, l’ancien 7ème meilleur joueur de la planète a gagné autant de matchs qu’il en a perdu (27). La faute à une baisse de motivation durant le fort de la période Covid et à quelques blessures pénalisantes (adducteurs, cheville, genou). Lors de son entrée en lice, il a souffert. Un succès en 3 manches face au Nîmois Benjamin Bonzi. Aujourd’hui, de l’autre côté du filet, l’attend un autre Français, qui est lui au maximum de son potentiel. Huitième de finaliste à l’Open d’Australie, Mannarino a marqué les esprits en éliminant deux membres du TOP 20, Hubert Hurkacz et Aslan Karatsev. Hier, dans la Sud de France Arena de Pérols, à proximité de Montpellier, il a survolé sa rencontre du premier tour, giflant avec la manière un Alejandro Davidovich Fokina déboussolé. À tel point que, fait assez rare, le tricolore s’est montré intouchable sur sa mise en jeu : 6 petits points perdus (3 derrière sa première, 3 après sa seconde), aucune balle de break concédée. Toujours aussi humble et discret, « Manna » demeure davantage serein qu’enthousiaste : « Je ne m’enflamme pas. Je suis content que tout se passe bien après avoir vécu 6 mois difficiles en 2021, mais ça s’arrête là. Je suis juste satisfait de passer des bons moments sur le court. » Certains voient ça comme un manque d’ambition, d’autres comme de la prudence. Peu importe, Adrian Mannarino poursuit son petit bonhomme de chemin, loin des flashs et des hautes tensions – à Montpellier, il tend son cordage à 10. Peu importe aussi que David Goffin mène 5 victoires à une dans leurs confrontations. La dernière remonte à août 2019 et depuis, les choses ont bien changé.

L’œil de Rodolphe Gilbert

C’est logique de voir Adrian Mannarino favori, vu ce qu’il a montré dernièrement. Après, il joue le tenant du titre, donc c’est jamais facile. David Goffin cherche à retrouver son meilleur niveau et a connu pas mal de pépins. Il a clairement perdu la confiance et le rythme. Il devrait y avoir des échanges. En tout cas, c’est normal de voir le Français, qui a gagné davantage de matchs récemment, partir avec une longueur d’avance.

Gasquet vs Kwon

« Jouer le mercredi et devoir enchaîner dès le lendemain, c’est toujours difficile. Quand tu joues le lundi ou le mardi, tu sais que tu peux te reposer. Là, je vais devoir vite et bien récupérer ». Tout est dit. Voilà en quelques mots la situation – récurrente – dans laquelle se trouve Richard Gasquet à 35 ans. Physiquement, pas facile de répéter les efforts. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il a abandonné au deuxième tour de l’Open d’Australie face à Botic van de Zandschulp, souffrant du bras et incapable de servir. C’était après un gros combat contre Ugo Humbert (3 h 20), comme hier à Montpellier (2 h 50), à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle pour le natif de Sérignan. Plus solide sur l’ensemble du match, toujours capable de sortir des revers merveilleux de beauté et de justesse, Gasquet a parfaitement serré le jeu dans les moments chauds (10 balles de break sauvées sur 11). C’est sûr, Soonwoo Kwon sera plus frais, lui qui a joué mardi, offrant une démonstration d’efficacité face à Hugo Gaston (6-2, 6-1 en un peu plus d’une heure). On comprend donc pourquoi le Sud-Coréen, 55ème mondial, victorieux de son premier tournoi l’année dernière sur dur intérieur (à Nour-Soultan), et qui a failli faire craquer Denis Shapovalov il y a quelques jours à Melbourne, part avec une bonne longueur d’avance. D’autant qu’il a remporté le premier affrontement qui l’a opposé au Français, à Anvers en 2019, déjà sous un toit. Il n’empêche, Richard Gasquet compte sur le public et ses acquis à Montpellier (3 trophées) pour rallier les quarts de finale et outrepasser ses souffrances : « C’est sûr que c’est plus facile de jouer à la maison, devant des amis. C’est forcément une motivation supplémentaire. »