Open d'Australie (F) : 44 ans d'attente, le poids de l'Histoire sur Barty

La n°1 mondiale va donc participer à sa 3ème finale dans un tournoi du Grand Chelem mais la première chez elle en Australie. Un tournoi vraiment bien maîtrisé jusque-là avec un maximum de 7 jeux encaissés dans une rencontre. Ceci est arrivé lors de son huitième de finale face à Amanda Anisimova, seule joueuse qui a réussi à lui prendre sa mise en jeu. Ashleigh Barty impressionne tout le monde par sa gestion des émotions et du rythme du jeu dans les rencontres. Elle a battu des joueuses au style de jeu puissant ou plus défensif. La qualité de son service l’aide vraiment beaucoup dans cette quinzaine avec 35 aces en 6 rencontres soit 6 aces en moyenne par matchs. Une moyenne de 83% de points remportés derrière sa première balle, ce qui fait d’elle la joueuse la plus efficace. Son revers reste peu académique mais elle utilise très régulièrement le slice qu’elle manie à la perfection.

Va-t-elle remporter sa 3ème finale en Grand Chelem d’affilée après Roland-Garros en 2019 et Wimbledon en 2021 ? Elle aura sur les épaules le poids de l’Histoire. Aucune Australienne n’a remporté le trophée depuis 1978. Depuis, seule Wendy Turnbull est allée en finale en 1980. Samantha Stosur est bien placée pour parler de ces difficultés à briller devant les fans australiens : « D'une certaine manière, je n'ai jamais pu jouer mon meilleur tennis ici en Australie la plupart du temps. J'ai atteint le quatrième tour plusieurs fois, mais cela ne semble pas être un bon résultat quand on a gagné un Grand Chelem dans un autre pays. »

Chez les hommes, aucun titre à se mettre sous la dent depuis Mark Edmondson en 1975. Ils sont 4 depuis à avoir tenté leur chance en finale. Pat Cash, double finaliste malheureux ici, témoigne :  « Je sais ce que Ashleigh peut traverser, avec la pression d'être une Australienne jouant en Australie après avoir remporté un titre du Grand Chelem. Ça devient vraiment dur pour nous ici. Nous aimons notre pays mais le problème, c’est que nous passons trop de temps à faire le tour du monde. On n’est jamais là. Lorsque vous êtes ici, chaque minute semble précieuse, et pourtant tant de facteurs semblent concourir à la rendre encore plus difficile. On l’a vu avec Lleyton Hewitt et Pat Rafter, qui n'ont jamais joué aussi bien qu'à l'US Open ou même à Wimbledon. » Jouer à domicile est à double tranchant. La ferveur et le soutien mais la pression. Le confort et la confiance mais les attentes. On a pu voir par ailleurs qu’une seule nation a remporté la Coupe du Monde de football chez elle sur les 10 dernières éditions.

 

En face, Danielle Collins ne viendra pas pour faire la figuration dans cette finale. L’Américaine est dans la continuité de son excellente fin d’année 2021 avec un bilan de 23 victoires pour 6 défaites depuis qu’elle a décroché son 1er titre sur le circuit WTA en juillet dernier du côté de Palerme. Dans cet Open d’Australie, elle a impressionné tout autant face à Clara Tauson, Elise Mertens ou encore Iga Swiatek. Sa grande force est bien sa qualité de retour. Elle est la joueuse qui a gagné le plus de points en retour sur seconde balle (90 points en 6 matchs). Iga Swiatek en a subi les frais avec un pourcentage impressionnant seulement 59% de points remportés sur sa première balle et 33% sur sa seconde. Danielle Collins montre qu’elle sait allier puissance, agressivité et précision. Un jeu avec beaucoup d’engagement et d’audace sans trop douter. Danielle Collins n’a encore jamais perdu une finale sur le circuit WTA.

 

Barty se méfie forcément de son adversaire : « La façon dont elle est capable de contrôler la ligne de fond et de prendre le jeu à son compte, c'est l'une des compétitrices les plus féroces ici. Elle adore vous agresser et ne plus lâcher. Ça va être un défi pour moi d'essayer de la neutraliser du mieux que je peux. »

De son côté, Collins croit en ses chances, elle qui a remporté le dernier duel il y a un an à Adélaïde : « Nous avons eu des batailles incroyables au fil des ans, et jouer contre la numéro un mondiale, chez elle devant son public, je pense que ça va être vraiment spectaculaire. J'aime vraiment l'énergie que les fans apportent, qu'ils soient pour moi ou pour mon adversaire… Ouais, j'ai hâte d'avoir un bon match et de me battre avec Ash. »

 

La stat à retenir

Sur ses 10 derniers matchs sur dur en tant que outsider, Collins en a remporté 5 et pris un set à 8 reprises.

 

Danielle Collins aime ce rôle d’outsider. Ses armes seront sa puissance de frappe et sa grosse qualité de retour pour venir déranger Ash Barty à la moindre fébrilité. En comparaison avec Madison Keys ou Jessica Pegula, totalement surclassée par l’Australienne, on peut s’attendre à ce que la 30ème joueuse mondiale montre plus d’abnégation et de combativité. Les bookmakerss voient Ash Barty largement favorite de la rencontre. Un match qui devrait pourtant être plus accroché que sur le papier. Danimal sait ce qu’elle aura à faire. C’est-à-dire être engagée et agressive comme face à Iga Swiatek. Je ne serais pas étonné de voir un match accroché en minimum 3 sets.

Les avis de WTAntho

⭐️Victoire Collins

Un prono vaut mille mots

WTA - Open d'Australie Par WTAntho
Collins vs Barty

victoire Collins 2-1 (cote boostée)
Perdu

Cote 9.5 Unibet

Mise BK 0.25%

le 28/01