Open d’Australie (H) / Korda, trop fort pour Moutet ?

Parmi les matchs du deuxième tour à retenir dans la moitié haute du tableau, il y a bien sûr le défi que se lance Corentin Moutet contre Sebastian Korda, impressionnant lundi face à Cameron Norrie. Aslan Karatsev tentera d’enchaîner après son match marathon contre Jaume Munar et Tallon Griekspoor va pouvoir se tester face à l’un des baromètres du circuit, Pablo Carreno Busta.  

Moutet vs Korda

Sebastien Korda a créé une véritable sensation en infligeant une raclée à Cameron Norrie (6-3, 6-0, 6-4 en 1h45) : « J’ai été très agressif de bout en bout et ce plan de jeu fonctionne parfaitement sur cette surface que je trouve assez rapide ». Le jeune américain a été impeccable sur son engagement (77% des points gagnés derrière sa première) et nul doute qu’il essaiera de dicter le jeu avec cette arme face à Corentin Moutet. Malgré ses qualités en retour, le Français a souvent du mal (une seule victoire pour 4 revers en 2021) contre les grands serveurs. Il souffre d’un déficit de puissance et face aux atouts offensifs de Korda, pas sûr que son jeu malin et ses trajectoires courtes croisées suffisent. En plus, le fil de Petr a gagné ses deux dernières confrontations face aux gauchers (Norrie mais aussi Hugo Gaston au Masters Next Gen, un joueur dont le profil ressemble à celui de Moutet).    

L’œil de Rodolphe Gilbert : Corentin Moutet a certes battu Lucas Pouille, mais on ne peut pas tirer beaucoup d’enseignements de ce match parce que ce dernier a très bien joué pendant un set avant de sombrer. Il est logique de voir Sebastian Korda en positon de favori. Il vient de sortir un gros match contre Cameron Norrie, alors qu’il n’a pas eu une préparation optimale avec la Covid. Le Français peut gagner bien sûr, mais les cotes sont ajustées, d’autant que l’Américain ne semble pas gêner par les joueurs au QI tactique développé et qui essaient de faire déjouer leurs adversaires, comme Evans, Nishioka, Albot, Schwartzman et maintenant Norrie, contre qui il n’a jamais perdu (6 victoires en autant de matchs disputés). 

Karatsev vs McDonald

« Un premier match très long, alors que j’arrivais à peine d’un autre tournoi, je n’ai pas vraiment eu le temps de m’adapter aux conditions de Melbourne qui sont différentes de celles de la semaine dernière, mais une victoire est une victoire, c’est le plus important ». Ce sont les propos d’Aslan Karatsev après son succès marathon (presque 5 heures) en 5 manches contre Jaume Munar (3-6, 7-6, 6-7, 6-4, 6-4). Dire que le Russe a fait le jeu relève de la litote : 87 points gagnants et 107 fautes directes ! Titré à Sydney samedi dernier, le demi-finaliste de l’Open d’Australie édition 2021 a peut-être fait le plus dur : passer d’une épreuve à l’autre en remportant son premier match. Reste à savoir s’il sera remis sur le plan physique. La bonne nouvelle, c’est que son adversaire n’est pas un limeur et ne va pas le faire entrer dans des filières trop longues. En outre, Mackenzie McDonald, joueur plutôt élégant, manque clairement de puissance. Une faiblesse qui l’empêche de battre les top players et Karatsev pourrait en profiter.  

La stat à retenir

Mackenzie McDonald n’a gagné que 2 de ses 14 matchs en carrière contre les joueurs du TOP 20, son dernier succès (contre Juan Martin Del Potro) remonte à 3 ans.

L’oeil de Rodolphe Gilbert : Selon moi, Aslan Karatsev a lancé son tournoi et c’était le plus important. Il a réussi à se débarrasser d’un joueur qui remet la balle, maintenant il va pouvoir  récupérer pendant 48 heures. Mackenzie McDonald est un bon joueur, mais il n’a pas les armes, a priori, pour battre le Russe, sauf si dernier est totalement cramé. Donc, je vois Karatsev passer, comme les bookmakers d’ailleurs.  

Carreno Busta vs Griekspoor

Maintenant, on va savoir. Après 29 victoires consécutives à cheval sur 2021 et 2022, dont 5 titres en Challenger pour boucler l’exercice précédent, Tallon Griekspoor va devoir en découdre avec une référence du circuit. Alors, forcément, les masques vont tomber. Quel est le réel niveau de jeu du Néerlandais ? En attendant, le 62ème à l’ATP a déjà réalisé une première bonne performance en expédiant Fabio Fognini (6-1, 6-4, 6-4). Mais contre Pablo Carreno Busta, ce ne sera pas la même histoire. L’Espagnol est l’un des baromètres du circuit : on le bat, on est TOP 20, on perd, on vaut moins. C’est sur dur extérieur que le 21ème mondial a obtenu ses meilleurs résultats en Grand Chelem (2 demies à l’US Open). Merveilleux contreur et capable de piquer quand c’est nécessaire, PCB s’avance en positon de favori. Le Néerlandais y croit : « Ce ne sera pas facile, mais j’aime ce genre de joueurs, car je pense que je pourrais trouver des opportunités d’attaquer. » Il faudra néanmoins s’armer de patience côté Griekspoor pour venir à bout du joueur des Asturies.   

La stat à retenir

Lors de ses 29 dernières victoires (série en cours), Tallon Griekspoor n’a battu qu’un seul membre du TOP 50 et seulement 7 joueurs du TOP 100

L’oeil de Rodolphe Gilbert : Pablo Carreno Busta est l’un des joueurs les plus stables du circuit. Tallon Griekspoor, on ne sait pas où il peut aller. On peut assister à une surprise, mais on est dans l’inconnu avec le Néerlandais qui a peu de références contre les joueurs du top 20 mondial. Il avait battu Wawrinka et Khachanov à Rotterdam en 2018 et 2019 mais plus rien depuis (2 défaites contre Zverev et Djokovic). Il reste sur une série absolument incroyable. Mais face à l’Espagnol, on va enfin savoir ce qu’il a vraiment dans le ventre. S’il gagne, cela prouverait qu’il a le niveau top 30 et qu’il va rapidement monter au classement. Le Néerlandais a une très belle cote, et celle de Carreno est trop basse pour miser dessus. L’Espagnol est difficile à battre, donc il faudra que Griekspoor fasse un grand match. C’est possible, mais sans aucune certitude.

Paul vs Kecmanovic

Tous les deux ont été expéditifs au premier tour. Tommy Paul s’est débarrassé du qualifié Mikhaïl Kukushkin (6-3, 6-4, 6-2) et Miomir Kecmanovic a sèchement battu le lucky loser Salvatore Caruso (6-4, 6-2, 6-1). L’Américain est favori et c’est logique étant donné le niveau de jeu affiché par ce dernier depuis plusieurs semaines (2 quarts à Adélaïde en début d’année, après un titre à Stockholm fin 2021). Au contraire, le Serbe est en mal de victoires (36% de réussite depuis un an). Mais Kecmanovic a déjà été bien meilleur par le passé. Il a par exemple battu Tommy Paul à New York (indoor) en 2020. Il lui faudra retrouver un excellent niveau pour battre l’Américain, qui sera favorisé par les rebonds assez hauts du dur australien. L’Américain a gagné 18 de ses 20 derniers matchs joués face à des joueurs classés minimum 77ème mondial (le rang actuel de Kecmanovic). A l'inverse, le Serbe peine contre le TOP 50 !

La stat à retenir

Miomir Kecmanovic n’a battu qu’un membre du TOP 50 (Daniel Evans à Roland Garros 2021) lors de ses 17 derniers matchs

 

L’oeil de Rodolphe Gilbert : On ne sait pas trop où en est Miomir Kecmanovic. Il a passé son premier tour facilement mais Salvatore Caruso est passé au travers. Depuis deux saisons, on attend qu’il soit plus régulier. Il a eu des blessures et son choix de changer de raquette n’a pas été concluant. Tommy Paul est logiquement favori mais cela reste un match ouvert dans un format en 5 sets. Si le Serbe joue son meilleur niveau, il est top 50, donc il peut y avoir match avec l’Américain.

Albot vs Vukic

Radu Albot n’a plus disputé un troisième tour en Grand Chelem depuis 3 ans et demi. C’était à Wimbledon, en 2018. Mais ses deux dernières années ont été un calvaire : seulement 13 succès pour 27 défaites, soit à peine pas 32% de victoires. Pourtant, en 2019, son ratio était positif et il avait obtenu de bons résultats sur dur extérieur (titre à Delray Beach et demie à Los Cabos). Le Moldave semble relever la tête depuis la fin 2021 avec son trophée au Challenger de Pau. Il a remporté ses 3 matchs de qualifications, puis a battu Yoshihito Nishioka en 4 manches au premier tour du tableau principal. Mais son adversaire, Aleksandar Vukic, qu’Albot ne connait pas, a fait encore plus fort, en éliminant la tête de série N°30, Lloyd Harris, également en 4 sets. Bénéficiaire d’une wild card, l’Australien s’était déjà illustré la semaine dernière à Adélaïde (quart), en dominant Alexander Bublik (N°35) et Steve Johnson (N°84). C’est un très bon serveur (11 aces, 83% des points gagnés derrière sa première contre le Sud-Africain), mais attention, Albot, 1m75, a déjà battu Marin Cilic, Ivo Karlovic et Hubert Hurkacz lors des 3 dernières saisons. On peut donc s’attendre à un match ouvert.           

L’oeil de Rodolphe Gilbert : Il faut se méfier de Radu Albot. Il a eu une saison 2021 compliquée mais j’ai l’impression qu’il revient bien. Il a eu un excellent passage sur dur en 2019. C’est un match très ouvert et important au niveau du classement pour les deux joueurs. Participer à un troisième tour de Grand Chelem n’est pas négligeable. Albot a plus d’expérience de ce genre de matchs. Il n’est pas facile à manœuvrer. Albot revient de loin donc c’est logique de voir Aleksandar Vukic favori, mais je trouve les cotes trop écartées. Albot, un peu comme Berankis, ne paye pas de mine. On a l’impression qu’il ne joue pas bien mais il fait mal jouer, il court vite, il est sur toutes les balles, il prend la balle tôt et il n’a pas peur des grands serveurs. Il manque de puissance mais il est complet. Je vois un match beaucoup plus compliqué pour Vukic que le prévoient les bookmakers. 

Un prono vaut mille mots

Fond floutté Fond floutté