Open d’Australie (H) : Mannarino, bis repetita ?

Début du troisième tour à Melbourne, avec notamment Adrian Mannarino qui s’offre un nouveau choc après son succès contre Hubert Hurkacz. Le Français défie un autre TOP 20, Aslan Karatsev, demi-finaliste de l’édition précédente. Autres rencontres à suivre avec attention, un duel latin et musculeux entre Matteo Berrettini et Carlos Alcaraz, et une opposition de style entre Pablo Carreno Busta et Sebastian Korda.   

 

Karatsev vs Mannarino

Le plus dur, c’est de confirmer. L’adage est connu, mais souvent fidèle à la réalité. Après son exploit face à Hubert Hurkacz, Adrian Mannarino, vainqueur sans forcer (6-4, 6-2, 6-3), va devoir renouveler le même type de performance pour venir à bout d’Aslan Karatsev. Une première confrontation entre deux joueurs qui présentent un profil de jeu bien différent. Si le Français joue en timing et essaie de casser le rythme de l’adversaire, le Russe frappe en force et impose sa cadence. L’aspect physique peut-il être déterminant ? Possible, étant donné que le 15ème mondial a déjà passé 7h30 sur le court depuis le début de la quinzaine, après avoir déjà disputé 4 matchs la semaine dernière pour s’adjuger le trophée à Sydney. Sauf que justement, le Russe, en pleine confiance, a peut-être fait le plus difficile, à savoir enchaîner les deux tournois sans se faire surprendre. Il dispose maintenant de 48 heures entre chaque match. Pour battre Karatsev, le Français devra à peu près utiliser le même plan que face au Polonais, qui n’a marqué que 57% des points derrière sa première balle et 44% après sa seconde : « La tactique était de le mettre en difficulté dès le retour, puis de pourrir le jeu dans l’échange, de lui proposer des balles de mauvaise qualité sur lesquelles il ne pourrait pas s’appuyer. »

L’objectif sera similaire pour le tricolore, mais attention, Karatsev a montré par le passé qu’il avait cette capacité à trouver des angles courts croisés sur des balles un peu neutres. C’est sûr, le Russe part favori, mais le défi n’est pas impossible, si le Français parvient à entrer dans la tête de son adversaire.

 

La stat à retenir

Adrian Mannarino n’a jamais battu deux membres du TOP 20 dans un même tournoi   

 

L’œil de Rodolphe Gilbert : Mannarino a une cote très haute, presque trop haute. Le Russe enchaîne les matchs quand même ! Il reste un joueur solide et présente un profil de jeu qui va mieux s'adapter au style de jeu de Mannarino que le Polonais qui s'est englué dedans. Les cotes auraient dû être rapprochées. Il a quand même découpé le 11ème mondial. Un peu de respect pour Adrian non ? Après Karatsev a le jeu pour gêner le Français.

 

Berrettini vs Alcaraz

Le prodige espagnol est tellement fort que les bookmakers le placent devant Matteo Berrettini, pourtant 7ème mondial. Peut-être ont-ils regardé avec attention les deux premiers matchs de Carlos Alcaraz, remportés haut la main et avec assurance contre Alejandro Tabilo et Dusan Lajovic en moins de deux heures à chaque fois (67 points gagnants et 2 minuscules balles de break concédées au total). Peut-être aussi ont-ils remarqué que l’Italien, perturbé par des problèmes gastriques au premier tour, ne respirait pas la confiance depuis le début du Majeur australien (deux manches perdues, 78 fautes non provoquées). Peut-être enfin se souviennent-ils que le natif de Murcie, malgré ses 18 printemps, a déjà prouvé qu’il savait déjà négocier les grands matchs et battre les tous meilleurs (Stefanos Tsitispas à l’US Open et Jannik Sinner à Paris-Bercy en 2021), dont… Matteo Berrettini, à Vienne l’année dernière.

C’est sûr, même si Alcaraz se méfie du service de son adversaire, car « il est difficile à lire », l’engagement puissant du Romain (42 aces en deux matchs) ne suffira pas à lui tout seul pour faire tomber le protégé de Juan Carlos Ferrero qui voit en son poulain quelques similtudes avec Rafael Nadal. D’autant qu’Alcaraz a bien négocié ses dernières sorties contre les grands serveurs (3 succès – dont celui contre Sebastian Korda au Masters Next Gen - pour une défaite). D'autant également qu'il excelle au retour depuis le début du tournoi (13 jeux de relance glanés sur 26, soit 50%). Mais attention à ne pas non plus être aveuglé par la fougue et la jeunesse du 31ème mondial. Berrettini est devenu une valeur extrêmement sûre en Grand Chelem : c’est bien simple, un seul joueur est parvenu à le battre lors de ses 21 derniers matchs en Majeur, il s’agit du N°1 mondial, Novak Djokovic, et ce à 3 reprises (quart à Roland Garros, finale à Wimbledon, quart à l’US Open).       

 

La stat à retenir

Carlos Alcaraz n’a concédé que 2 balles de break sur son service depuis le début de l’Open d’Australie – pour 2 breaks concédés -, alors qu’il a breaké ses adversaires à 13 reprises en 26 jeux, soit 50% de ses jeux de relance

L’œil de Rodolphe Gilbert : Je suis très surpris par les cotes. C'est presque fou ! Oui Alcaraz fait des progrès énormes et je le verrais bien dans le top 10 mondial en fin de saison. Mais le positionner autant favori contre le 7ème mondial, qui au-delà de ses problèmes physiques, reste une référence sur dur en Grand Chelem. Alcaraz a été impressionnant sur ses deux premiers tours c'est vrai mais rien ne justifie un tel écart de cote à mes yeux. On devrait avoir à mon avis une rencontre disputée et la puissance de Berrettini au service et en coup droit sera une arme pour gêner l'Espagnol.

Carreno Busta vs Korda

Au moins, les deux hommes arriveront sur le court à peu près à égalité sur le plan de la récupération. Car l’un comme l’autre ont souffert au tour précédent, ne se qualifiant pour le troisième tour qu’au bout du cinquième set. Sebastian Korda a bataillé près de 5 heures pour coiffer sur le fil et à l’issue du super tie-break Corentin Moutet. Pablo Carreno Busta a lutté un peu plus de 4 heures pour interrompre l’incroyable série de 28 victoires consécutives de Tallon Griekspoor. « Les conditions n’étaient pas évidentes en début de match, a raconté l’Espagnol, avec le soleil dans les yeux au service et pas mal de vent ». Mieux préparé physiquement – le Néerlandais a eu des crampes dès le troisième set -, le 21ème mondial a pu s’en sortir. De son côté, l’Américain a connu des hauts (67 points gagnants), mais aussi beaucoup de bas (92 fautes directes). Il lui faudra absolument limiter les déchets pour battre « PCB », l’un des joueurs les plus réguliers du circuit à l’échange. En revanche, on notera que Carreno a récemment eu du mal face aux grands joueurs (1m95 minimum) qui servent fort : un seul succès en 6 rencontres.

La stat à retenir

Carreno a remporté 14 de ses 16 matchs en Grand Chelem sur dur face à des joueurs du top 100 moins bien classés que lui (défaite contre Anderson et Sousa)

 

L’œil de Rodolphe Gilbert : C'est un match ouvert avec deux joueurs dans le dur au 2ème tour. Le classement met Carreno devant mais en termes de niveau de jeu, c'est très équilibré. L'Américain propose vraiment du bon tennis et il est en train de monter petit à petit. Il est encore jeune, il ne faut pas oublier. Evidemment, l'expérience sera du côté espagnol, très difficile à battre en 5 sets en Grand Chelem.

Un prono vaut mille mots

ATP - Open d'Australie Par Jeremy RITZ
Mannarino vs Karatsev

over 34.5 jeux dans le match
Gagné

Cote 1.72 Betclic

Mise BK 1%

le 20/01