ATP / Alexander Zverev : «Je veux gagner un Grand Chelem en 2022»

Auteur d’une saison fantastique avec 6 titres (faisant de lui le joueur le plus titré de l’exercice 2021), assortie d’une 3e place mondiale, Alexander Zverev a été l’un des joueurs les plus en vue cette année. Des performances qui lui ont logiquement valu d’être élu Sportif de l’année en Allemagne. Pour la chaîne ZDF, il est revenu sur la plus belle saison de sa carrière, et évoque notamment les progrès qu’il a pu faire sur sa gestion de l’extra-sportif, lui qui avait été accusé de violences conjugales fin 2020.

« Je suis plus âgé. J'ai eu beaucoup d'événements dans ma vie qui m'ont causé des problèmes. J'ai commencé à apprendre et à gérer cela, à ressentir une paix intérieure. Maintenant, chaque décision que je prends est une décision qui vient de moi. Plus jeune, je n'avais aucun contrôle sur ce qu'on faisait pour moi. [Sur l’affaire des violences conjugales] Je me suis battu pendant un an, également auprès de l'ATP, pour qu'une enquête soit ouverte. Je suis content que l'enquête arrive désormais à sa fin. On m'a dit que tout ça ne tardera pas. Nous menons également des actions fortes en Russie contre elle (Olga Sharypova, son ex-compagne ndlr). »

Un « apaisement » qui s’est également ressenti sur le terrain cette année avec un Zverev plus concerné et plus constant dans les performances que ce que l’on avait pu voir au cours des dernières années. Ce n’est donc pas une surprise de le voir présenter un bilan de 59 victoires pour 15 défaites, après avoir remporté de grands titres comme les Jeux Olympiques, les Masters de Madrid et Cincinnati ainsi que le Nitto Masters. Au tournoi des Maîtres, il est d’ailleurs devenu le 4e joueur de l’histoire à se défaire des deux meilleurs joueurs mondiaux en demie et en finale. Oui, mais voilà, l’Allemand est toujours à la recherche de son premier Grand Chelem, celui qui pourrait vraiment le faire rentrer dans la cour des (très) grands et aussi donner tort aux propos de son ancien coach Juan-Carlos Ferrero qui doutait il y a un an de la capacité de l'Allemand à remporter un Majeur.

« Je me suis fixé comme objectif de sortir plus fort de moments comme celui-ci (ses problèmes extra sportifs ndlr). Si à la fin, vous ne croyez pas en vous-même, qui va le faire ? Il y a deux objectifs que je n'ai pas encore atteints : gagner des tournois du Grand Chelem et devenir numéro un mondial. J'espère que tout cela peut déjà se produire en Australie. »

Une suite « logique », mais qui lui demandera d’être « régulier pendant 2 semaines dans un tableau de 128 joueurs » comme l’évoquait Michael Stich à Bild. « Vous ne pouvez pas vous permettre de perdre un match comme dans les groupes du Nitto Masters. » D’autant plus que la concurrence sera rude, avec, comme principaux concurrents, Novak Djokovic et Daniil Medvedev. Lui-même met d’ailleurs de côté Rafael Nadal et Stefanos Tsitsipas.

« Au cours des six derniers mois, ce sont Novak, Daniil et moi qui avons dominé et je pense que nous continuerons cette tendance tout au long de la saison prochaine. J’ai acquis beaucoup de confiance avec ce que j’ai accompli cette saison, la plus grande amélioration que j’ai réalisée était mentale. Je me sens beaucoup plus détendu sur le court et disposé à montrer à tout le monde ce dont je suis capable. Battre Djokovic à Tokyo et à Turin m’a fait me sentir invincible. »

Le rendez-vous est pris pour 2022.