ATP / Australie-Serbie : Novak Djokovic devient une affaire d'état !

Novak Djokovic ne devrait pas pouvoir défendre son titre et briguer un 21ème Grand Chelem à Melbourne d'ici quelques jours. L'arrivée sur le sol australien du Serbe, non vacciné, devenant politique et très médiatique, c'est le Premier Ministre lui-même qui en a fait une affaire personnelle. Le visa de Djokovic refusé par les autorités australiennes, le numéro un mondial doit quitter l'Australie.

C'est une bombe qui secoue le monde du tennis (et pas que) depuis hier soir. Novak Djokovic avait reçu une exemption médicale acceptée par l'Etat de Victoria pour aller défendre son titre à l'Open d'Australie (17-30 janvier 2022). Rapidement, le Premier ministre Scott Morrison a exigé que le n°1 mondial apporte une preuve justifiant cette dérogation sous peine de le renvoyer en Serbie : « Si ces preuves sont insuffisantes, alors il ne sera pas traité différemment de qui que ce soit d'autre, et il retournera chez lui par le premier avion. Il n'y aura aucune règle spéciale pour Novak Djokovic. Pas la moindre ». Il est important de préciser que le Premier ministre n'est pas du même bord politique que ses confrères de l'État de Victoria. On peut y voir là une occasion, pour le gouvernement, de montrer sa fermeté à quelques mois des élections législatives face à une population incrédule et choquée devant cette exemption accordée au Serbe. Il faut rappeler que la population australienne a subi des contraintes sanitaires très strictes depuis le début de la pandémie.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le gouvernement australien a joint la parole aux actes et n'a pas fait de cadeau au Serbe à sa descente de l'avion. Alors qu'il atterrit à 23h30, les autorités décrètent que le visa présenté par Djokovic ne peut pas être associé à une exemption médicale et n'est pas suffisant pour valider son entrée sur le territoire australien. Après avoir laissé passer son staff, la douane refuse de laisser passer le numéro un mondial qui est donc placé à l'isolement dans l'aéroport sans pouvoir communiquer avec l'extérieur. Au bout de plusieurs heures, la situation s'enlise et devient explosive. Belgrade ne tarde pas à réagir et s'exprime par l'intermédiaire de son ambassadeur en Australie : "La Serbie exige que le n°1 mondial soit immédiatement libéré. » On n'est pas loin de l'incident diplomatique. Le Président de la Serbie a pu finalement s'entretenir par téléphone avec Novak Djokovic et lui a assuré tout son soutien. Aleksandar Vucic a déclaré sur Instagram que « toute la Serbie était avec lui et que nos autorités prennent toutes les mesures pour que les mauvais traitements infligés au meilleur joueur de tennis du monde prennent fin le plus rapidement possible. Conformément à toutes les normes du droit public international, la Serbie se battra pour Novak Djokovic, la justice et la vérité. »

La justification de cette exemption médicale n’est pas connue. L'hypothèse selon laquelle il aurait contracté la Covid-19 après le 31 juillet 2021 est pour le moment très peu probable. Il avait déjà été infecté en juin 2020 mais ça remonte à trop loin pour justifier d'une exemption.