ATP / Berrettini, bientôt vainqueur en Grand Chelem ?

Depuis la victoire d’Adriano Panatta à Roland Garros en 1976, le tennis masculin italien est toujours à la recherche d’un titre en Grand Chelem (chez les femmes, Schiavone a remporté Roland Garros en 2010 et Pennetta l’US Open 2015). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le tennis transalpin n’a jamais été aussi proche de voir l’un de ses joueurs couronnés avec Matteo Berrettini (n°6) et Jannik Sinner (n°10) dans le top 10 mondial.

Pour l’instant, c’est sans surprise le plus expérimenté des deux qui a effectué les meilleurs parcours en Majeurs jusqu’à présent. Mais les résultats de Berrettini en Grand Chelem ne sont pas des coups d’éclat sans lendemain. Le plus frappant dans les performances du Romain, c’est bien sa régularité dans ce type de tournois. À Melbourne, il a d’ailleurs signé son quatrième quart de finale consécutif en Majeur, avec en point d’orgue une finale sur le gazon londonien en juillet dernier. Durant cette période, Novak Djokovic et Rafael Nadal sont les deux seuls joueurs du circuit à l’avoir battu en Grand Chelem. Ajouté à ça, il a réalisé un impressionnant 21/21 face aux joueurs moins bien classés depuis 2021.

Pour creuser davantage dans les chiffres, des statisticiens italiens se sont penchés encore plus en détail sur les performances de Berrettini. En étudiant les données recueillies, on se rend compte que l’Italien est celui qui présente le meilleur pourcentage de victoires parmi les joueurs n’ayant pas encore été titré en Grand Chelem (72.2%). Il se place derrière Rafael Nadal (87.9%),  Novak Djokovic (87.5%) et Daniil Medvedev (72.9%), mais devant des joueurs comme Alexander Zverev (71.9%), Stefanos Tsitsipas (67.9%) ou encore Andrey Rublev (65.4%).

Vous n’êtes pas encore convaincu ? Ecoutez-donc celle-ci. Alors qu'il semble a priori plus difficile de gagner en Grand Chelem, le n°1 italien présente un pourcentage de victoires supérieur en Majeur (72.2%) que si on prend en compte tous les tournois disputés depuis le début de sa carrière (64.4%). Félix Auger-Aliassime est le seul joueur à rivaliser avec l'Italien concernant cet écart positif. Avec Djokovic et Nadal, il est aussi le seul joueur à avoir disputé plus de 25% de ses matchs totaux en Grand Chelem (29.3% derrière le Serbe).

Vous l’aurez compris, Matteo Berrettini a cette capacité à se sublimer et à obtenir ses meilleurs résultats en Grand Chelem. Et le fait que ses statistiques le rapproche (toutes proportions gardées) des monstres Djokovic et Nadal renforce l’espoir de voir un jour le « hammer » (marteau en français) être titré en Grand Chelem. Lui-même se sent d’ailleurs proche de son premier sacre : « Je pense que ce n'est qu'une question de temps. À Wimbledon, je n'étais qu'à deux sets et en Australie, je me sentais vraiment bien. Je sais que ce jour va arriver, même s'il est impossible de fixer une date. Mais je pense que je fais partie des quatre ou cinq joueurs capables de le faire. »

Avant de penser à gagner un Majeur, il manque déjà a minima un Masters 1000 dans la vitrine de l'Italien. C'est une étape qui validerait sa progression depuis trois saisons. En attendant de participer à son prochain Majeur Porte d’Auteuil, il y aura d’abord des ATP 500 et des Masters 1000 à disputer. En ce sens, pour ne pas surcharger son calendrier et arriver le plus frais possible dans les grands rendez-vous (notamment à Indian Wells 5 jours plus tard), l’Italien a décidé de ne pas participer au tour qualificatif de la Coupe Davis (4-5 mars) face à la Slovaquie. « Je vais évidemment les supporter de loin. Nous devons gagner notre place pour les phases finales et j’espère pouvoir être avec mes coéquipiers à ce moment-là. » Pas très solidaire Matteo mais c'est de bonne guère, il n'est pas le premier ni le dernier à privilégier ses objectifs personnels avant une compétition par équipe, qui de plus, a perdu toute son âme...