ATP / Daniil Medvedev : « Ugo Humbert doit être félicité pour son match »

Après sa défaite (7-6, 5-7, 6-7) ce dimanche contre Ugo Humbert à l'ATP Cup, le numéro deux mondial s'est exprimé en conférence de presse sur les conditions de jeu difficiles en Australie. Daniil Medvedev est revenu sur le succès de la Russie contre la France.

« Des crampes dès le deuxième set »

"Je pense avoir vécu beaucoup d'émotions aujourd'hui. Sans aucun doute, ce match est dans mon top 5. J'ai vu le match de Roman Safiullin et la façon dont il s'est battu après la perte du premier set. Ce n'est pas facile de rester dans le match. En revanche, mon match était irréel. Je suis déçu d'avoir perdu mais c'est inévitable quand tu as des crampes dès le deuxième set. Pourtant, J'étais très proche de le gagner malgré mes problèmes physiques. J'ai quand même décidé de jouer le match de double après. Aucun de nous n'est spécialiste de double, nous ne sommes pas du tout les meilleurs du monde en double mais nous avons fait de notre mieux pour gagner et remporter le match. Le niveau auquel nous avons joué aujourd'hui et la façon dont Team Russia a réussi à gagner m'ont donné tellement d'émotions que je ne peux même pas les expliquer. C'est certain que c'est mieux de gagner 6-0, 6-0 deux fois mais cela ne vous donnera pas ces émotions."

« Si je dois mourir pour la Russie, je le ferai »

"Quand j'ai entendu que j'avais 25 minutes pour préparer le double, je n'étais pas très content. Ce n'est pas du normal quand tu joues un match de presque trois heures avec des crampes qu'on te dise que tu dois jouer un autre match presque instantanément. Pourtant, j'ai donné le meilleur de moi. Je joue pour la Russie, pour mon pays. Si je dois mourir sur le court pour gagner, je le ferai. Je ne sais pas comment je me sentirai quand je me réveillerai demain, mais maintenant, je suis heureux d'avoir pu aider l'équipe à remporter cette victoire."

« Jouer dans ces conditions est une torture »

"Les crampes, cela peut se produire lorsque vous jouez des matchs très difficiles en trois sets avec beaucoup d'intensité. L'année dernière, lorsque nous avons gagné, il n'y avait pas encore de toit. Jouer dans ces conditions est une torture. Il fait tellement chaud et humide que c'est incroyable. La dernière fois que je me suis senti quelque chose comme ça, c'était pendant les Jeux Olympiques de Tokyo 2021. Ugo doit aussi être félicité pour son match. Il a semblé beaucoup plus frais et s'est beaucoup mieux adapté que moi aux conditions sur le court. Je pense que pendant le match, j'ai changé ma tenue quatre ou cinq fois. C'était très dur."