ATP / Kyrgios n’envie pas Roger Federer

On le sait, Nick Kyrgios est un personnage à part dans la galaxie tennis. Lors d’une interview accordée à ABC News, le fantasque australien en a une nouvelle fois fait l’illustration. Au moment d’aborder ses ambitions pour la suite de sa carrière, « Kygs » n’a pas hésité à répondre avec franchise : « Je suis bien dans ma peau comme ça, même sans gagner un Grand Chelem, je n’ai pas envie d’être Roger Federer. » Avant d’ajouter : « Je souhaite que les gens se souviennent de moi comme d’une icône, pas simplement comme d’un joueur de tennis. » Tout récent vainqueur de l’Open d’Australie en double avec son pote Thanasi Kokkinakis, Kyrgios n’a jamais fait mieux que deux quarts de finale dans les Majeurs (Wimbledon 2014 et Open d’Australie 2015), pointant au maximum au 13ème rang du classement ATP. Un palmarès qui tranche avec son potentiel exceptionnel - John McEnroe a récemment déclaré que le natif de Canberra était « le plus grand talent du tennis de ces dix dernières années » -, qu’on observe à chacune de ses sorties sur le court, mais aussi en s’attardant sur ses résultats face aux meilleurs joueurs de la planète. S’il est mené par Roger Federer (1-3) et Rafael Nadal (3-5), il devance Novak Djokovic (2-0), Danill Medvedev (2-1), Alexander Zverev (4-3) et Stefanos Tsitsipas (2-0).

Seulement 122ème au classement cette semaine, notamment en raison de son faible nombre d’apparitions sur le Tour depuis le début de la pandémie (moins de 25 matchs depuis début 2020), Kyrgios se fixe des objectifs qualitatifs plutôt que quantitatifs : « Je veux amener de nouveaux fans vers le tennis. Je souhaite continuer à faire grandir le jeu. J'ai ma propre fondation, j'aide les enfants, je suis une personne influente, je suis davantage qu'un simple joueur de tennis. » Celui qui, après avoir de nombreuses fois critiqué Novak Djokovic a pris sa défense au moment de son expulsion du territoire australien, s’est également livré sur ses rapports avec le public et son image médiatique : « J'ai connu une période difficile, avec des hauts et des bas, notamment avec les fans australiens. Mais pour être honnête, je pense pouvoir me regarder tous les jours dans le miroir. Je me moque dont les gens me perçoivent parce que je sais, au fond de moi, et ceux qui m'entourent le savent aussi, que je suis quelqu'un de bienveillant. Et je reste toujours moi-même. » Pour les amateurs de Nick Kyrgios, il faudra patienter avant de le revoir. Il ne sera ni à Acapulco, ni Delray Beach, ni Dubai.