ATP / Lorenzo Musetti : « Matteo Berrettini nous pousse vers le haut »

Lorenzo Musetti vit une crise de résultats. Seulement 5 victoires en 20 matchs depuis sa performance exceptionnelle au dernier Roland Garros lorsqu'il menait 2 sets à 0 contre Novak Djokovic. Mais il y a eu un peu de mieux pour le jeune italien (19 ans) à Pune, battu en quarts de finale en trois sets par le Polonais Kamil Majchrzak. Avec son beau revers à une main, va-t-il revenir sur le devant de la scène en 2022 ? Dans le sillage de numéro un italien, Lorenzi Musetti espère retrouver son meilleur niveau rapidement.

Révélé à Rome à la fin de l'été 2020, Musetti a confirmé durant le premier semestre 2021 son immense potentiel. Il s'était signalé à Acapulco où il s’est hissé en demi-finale en battant Schwartzman, Tiafoe et Dimitrov. A Roland-Garros, il a rallié la seconde semaine dès sa première participation en poussant le numéro un mondial dans un 5ème set. Musetti est l'un des meilleurs espoirs du tennis italien. A seulement 19 ans, il n'est pas si loin du top 50 mondial, à seulement 125 points de Benoit Paire.

Malheureusement, le transalpin n’a pas réussi à poursuivre sa lancée lors du second semestre 2021 avec 10 défaites en 10 matchs contre le top 50 mondial. Comme une apparence de palier difficile à franchir. Mais il n'a que 19 ans.

Musetti a débuté sa saison 2022 en s’inclinant dès son entrée en lice lors de ses deux premiers tournois à Adélaïde et l'Open d'Australie. Mais au Tata Open Maharashtra de Pune en Inde, Musetti a retrouvé un peu le sourire face à l'Australien Aleksandar Vukic puis en offrant une prestation aboutie face à Majchrzak malgré la défaite.

Musetti a tenté de travailler sur ses points faibles à l'intersaison : « J'ai bossé mon service et le retour, en particulier côté avantage où j’ai beaucoup souffert l’an passé. A Pune, Vukic a servi vraiment fort et très bien tout au long du match mais j'ai réussi à m'imposer. Je pense que le travail a vraiment payé sur ce match. Surtout à la fin du match, c'était très serré et dans le dernier jeu, j'ai frappé deux aces et deux premiers services. Ça m’a bien aidé pour conclure ce match et aller chercher cette première victoire de la saison. »

Reprendre du plaisir et engranger un maximum de confiance sur le grand circuit, tels sont les nouveaux leitmotivs de l’Italien, qui aime rappeler qu’il est encore jeune et qu’il a beaucoup à apprendre : « Je suis venu à Pune pour essayer d’engranger de la confiance, mais aussi apprendre de chacun de mes matchs… à certains moments, je remporte des matchs difficiles, à d’autres, j’en perds, et je veux accepter cela pour continuer à progresser et atteindre mes objectifs. »

Musetti digère progressivement son nouveau statut

En dépit de cette fin de saison calamiteuse en 2021, Musetti a tout de même su en tirer du positif. Le natif de Carrara a pris le temps de se recentrer lui-même durant sa préparation, mais aussi de digérer son nouveau statut. L’an passé, à Dubaï, son compatriote Jannik Sinner, l'a même décrit comme "un grand talent". Les projecteurs se sont soudainement braqués sur lui, mais on sent une certaine maturité se dégager en lui, lorsqu’il évoque ses entraînements et son avenir sur le grand circuit : « Quand vous vous sentez bien, vous comprenez vraiment comment vous pouvez jouer, et c'est pour ressentir cette confiance dans mon jeu que je travaille si dur. Je suis vraiment content de voir que ça paye en match car les efforts à l’entraînement ne sont pas les mêmes que lors d’un match. »

Pour Musetti, voir ses pairs et compatriotes réussir sur le circuit est aussi une façon d'apprendre et de s'en inspirer : « Le tennis italien est en train de devenir une référence dans le monde. Nous jouons vraiment tous très bien, et je veux faire partie de cette belle génération le plus longtemps possible. »

« Matteo [Berrettini], Jannik [Sinner], Lorenzo [Sonego], et Fabio [Fognini] sont toujours là. On cherche à viser les secondes semaines de tous les Grands Chelems le plus longtemps possible. Je pense que c'est une très bonne chose pour le tennis italien, aussi pour le tennis en général. Matteo se comporte en leader et est en train de faire quelque chose d'incroyable pour le tennis italien, cela nous inspire. », a-t-il ajouté.

En effet, Matteo Berrettini fut le premier italien de l’ère Open à s’être qualifié pour les demi-finales de l'Open d'Australie. Et la nation transalpine ne compte pas s’arrêter là, selon lui : « Nous essayons d'aller aussi loin que possible et pourquoi pas essayer de l'imiter [Berrettini] ».