ATP / Une guerre froide au sang chaud

« Russe de merde » ! Tout est parti de là. De cette insulte de Stefanos Tsitsipas à la fin de son match contre Daniil Medvedev un certain 22 mars 2018 à Miami. La cause ? Un toilet break du Grec jugé trop long par le Russe et surtout l'absence d'un mot d'excuse de la part de Tsitsipas. Au moment de la poignet de la main, Medvedev lui a fait part de son agacement. Et la situation dégénère. L'arbitre français Renaud Lichtenstein doit alors intervenir pour empêcher le Russe d'en venir aux mains. « C'est un petit gamin qui ne sait pas se battre, » rajoutera le Russe. Mais Tsitsipas ignorera totalement les invectives de son adversaire et quittera le court au pas de course et la tête basse. Le Grec aura lui une autre lecture des évènements après le match : « À 3-2 ou 4-2 pendant le troisième set, j'ai gagné un point avec le filet pendant un échange. (…) Pour une quelconque raison, il voulait que je m'excuse, alors que j'avais complètement oublié que j'avais tapé le filet parce que j'étais concentré sur mon jeu, sur le fait de gagner ce point. Il a commencé à me regarder, en me disant de m'excuser. Après ça, je crois que je n'ai plus gagné un seul jeu. Il est rentré dans ma tête, et j'étais frustré que cela se passe de cette manière. Je sais que c'est ce qu'il voulait, mais cela m'a affecté. Je me suis énervé et j'ai dit ce que j'ai dit à la fin du match, ce que je regrette, mais j'étais très frustré. »

Depuis ce jour, évidemment, les relations entre les deux joueurs sont fraîches, parfois glaciales. Et on attend avec impatience chaque duel entre ces deux membres du top 5. Celui de vendredi promet d'être un sommet. Retour sur l'historique de leurs oppositions.

Acte 2 : Des retrouvailles attendues

US Open 2018, 2ème tour, Medvedev 6-4/6-3/4-6/6-3 Tsitsipas

Les deux joueurs se retrouvent seulement quelques mois plus tard après leur prise de bec floridinne. Le Grec, 15ème mondial, et finaliste à Toronto, part largement favori de ce duel mais l'emprise psychologique du Russe est trop forte. On sent un Tsitsipas totalement liquéfié, incapable de jouer son tennis. Il sera dominé d'un bout à l'autre de la rencontre. Solide au service (85% derrière sa première), le Russe n'a eu qu'à attendre les fautes de son adversaire (60 fautes directes). De son côté, Tsitsipas servira seulement 49% de premières et sera breaké à 6 reprises. Ce dernier se réfugiera derrière les conditions de jeu sans un mot sur la supériorité du Russe : « C'était si difficile de jouer. Je pouvais sentir toute cette chaleur entrer dans mon visage. Vous respirez cette chaleur et cette humidité qui est dans l'air. Je n'avais pas d'énergie. Je ne sais pas si je suis rouge mais j'ai l'impression que mon visage brûle en ce moment. »

Acte 3 : L'étau se resserre

Bâle 2018, quarts de finale, Medvedev 6-4/3-6/6-3 Tsitsipas

Titré la semaine précédente à Stockholm, le Grec (16ème mondial) arrive encore en position de favori mais un peu fatigué en quarts de finale. C'est son 13ème match en 24 jours, après une longue saison puisque le tournoi suisse sera son 29ème. A l'époque, Tsitsipas n'a que 20 ans et la gestion du calendrier n'est pas encore d'actualité. Il veut jouer beaucoup, le plus possible pour prendre le maximum de points et monter au classement. Il le paiera sur ce match où il aura fait jeu égal (seulement 5 points d'écart dans la rencontre) mais perdra son service à 4-3 dans le troisième set. Medvedev a joué un premier set parfait sans faire de faute, en dictant le jeu avec son coup droit, faisant beaucoup de dégâts avec sa première balle. Le deux derniers furent plus équilibrés avec un Russe parfois nerveux.

Acte 4 : Une défaite frustrante pour Tsitsipas

Monte Carlo 2019, quart de finale, Medvedev 6-2/1-6/6-4

C'est un peu le même scénario qu'à Bâle. Cette fois, le Grec est dans le top 10 (8ème). Il est une nouvelle fois donné favori de ce duel malgré un H2H en faveur du Russe (3-0). Il faut dire que la terre battue n'est pas la meilleure surface de Medvedev, contrairement à Tsitsipas qui avait atteint la finale de Barcelone un an avant. Avant la rencontre, on sent déjà que le Russe a une certaine emprise psychologique et tactique sur lui : « Daniil a un jeu différent des autres joueurs. Il a un bon service très agressif et c'est frustrant de le retourner. C'est un joueur de fond de court qui aime jouer un peu derrière la ligne de fond. C'est un bon défenseur pour sa taille. Je dois juste jouer chaque coup qui me vient comme s'il n'y avait aucun autre joueur de l'autre côté du court. »

Les deux premiers sets sont décousus et à sens unique. Même si Medvedev ne sert que 45% de premières balles, il va être ultra réaliste et breaker son adversaire à deux reprises. Le réveil du Grec est immédiat dans la seconde manche. Cette fois, le Russe ne sert que 22% de premières balles. Forcément, Tsitsipas en profite. Ce dernier break même en début de troisième manche. Mais le débreak est immédiat et sous la pression, le Grec concédera à nouveau son service à 5-4 pour offrir la victoire à son adversaire. Tactiquement, on notera des montées au filet intéressantes pour Tsitsipas, qui auront posé beaucoup de problèmes à Medvedev.

Acte 5 : la tension monte à nouveau

Shanghaï 2019, demi finale, Medvedev 7-6/7-5 Tsitsipas

Les deux joueurs sont désormais dans le top 10 et les relations sont apaisées. Sous l'impulsion de Kyrgios, ils ont même pris l'avion ensemble pour rejoindre la Rogers Cup. Le Russe, dans la forme de sa vie, part cette fois en position de favori avec une série de 5 finales consécutives dont l'US Open et deux titres à Cincinnati et St-Petersbourg. Avant la rencontre, Tsitsipas veut croire en sa chance : « Daniil a un tennis très différent de la plupart des joueurs contre lesquels j'ai joués cette année. C'est un joueur très mental. Demain va être un nouveau défi pour moi. J'espère que ce sera un nouveau Stefanos sur le court, montrant son meilleur tennis et jouant intelligemment en le faisant sortir de sa zone de confort. » De son côté, le Russe se méfie du Grec : « J'ai gagné tous mes matchs contre Stefanois mais ils étaient tous très serrés. Il s'améliore chaque semaine. Il est encore si jeune. »

Le match va donner raison au Russe. En effet, le Grec fait jeu égal une nouvelle fois mais Tsitsipas va être mis en difficulté sur ses secondes balles (44%) et concéder son service en toute fin de match encore une fois comme à Monte Carlo et Bâle alors qu'il venait de revenir à 5-5. Tactiquement, le Grec se cherche. Sur ce match, il a notamment essayé de retourner en coup droit avec moins de puissance pour installer l'échange mais sans efficacité. « Stefanos a joué un grand match », déclare Medvedev après le match. « Il a eu un peu de malchance, à 0-40 sur mon service dans le premier set. J'ai réussi à tenir mon service, le jeu le plus important du match selon moi. Mais c'était un match difficile, j'ai réussi à m'adapter tactiquement mais j'ai commis beaucoup d'erreurs quand même. »

Le discours sera tout autre dans l'autre côté. Une 5ème défaite qui va pousser le Grec, frustré, à attaquer le Russe : «Je ne cherche pas du tout à être irrespectueux envers lui mais son jeu est ennuyeux, très ennuyeux. Toujours les mêmes frappes, les mêmes échanges, les mêmes matches encore et encore... » Ce auquel a répondu Medvedev : « Il a vraiment dit que mon jeu était ennuyeux ? Pour de vrai ? Ecoutez, je ne veux plus me disputer avec lui. Chacun a son propre style de jeu. S'il pense que je suis ennuyeux, ce n'est pas un gros problème. Nous ne sommes définitivement pas des amis ni des ennemis. Juste des collègues. Tous les joueurs peuvent critiquer les autres joueurs mais je ne prends plus Tsitsipas au sérieux maintenant. »

Acte 6 : Enfin le déclic pour Tsitsipas

ATP Masters 2019, Round Robin, Tsitsipas 7-6/6-4 Medvedev

Pour ce sixième face à face, la tension est à son maximum d'autant plus que le contexte du match, au tournoi des Maîtres à Londres, rend l'enjeu encore plus important. Medvedev est donné très largement favori. Sur les 5 premiers duels, Tsitsipas a concédé 0,56 balle de break par jeu face à Medvedev (contre 0,43 en carrière) et il n'a remporté que 74% de ses jeux de service face au Russe contre 84% en carrière. On voit bel et bien que les qualités du Russe au retour lui font très mal. Et c'est aussi le cas coté revers avec son slice si particulier : « Jusqu'à présent, j'ai perdu mes 5 duels contre Daniil et je n'ai pas encore trouvé la solution. Lui sait quoi faire. Il est rapide, il a un très bon service qui est difficile à breaker. C'est un match important, un vrai Challenge pour moi.»

Tsitsipas va enfin vaincre le signe indien grâce à son efficacité au service (89% de points sur premières). Tactiquement, ses montées au filet incessantes ont posé beaucoup de problèmes à Medvedev. Si le Russe a semblé loin de son meilleur niveau physique, il ne faut pas enlever le mérite de ce succès à Tsitsipas : « C'est l'une des victoires les plus importantes de ma carrière jusqu'à présent. Je me suis donné un gros coup de pouce aujourd'hui, j'ai continué à croire, j'ai continué à me battre. C'est un tel soulagement. Ce n'est pas facile d'arriver en sachant que vous avez perdu cinq fois auparavant, mais j'avais conclu un accord avec moi-même. Je devais essayer jusqu'à ce que je l'obtienne. Peu importe si j'allais tenter ma chance 10 ou 20 fois. »

De son côté, le Russe a reconnu la supériorité du Grec : « Je pense que je n'avais pas assez d'énergie. Et je ne parle pas que de physique. Mentalement, il me manquait quelque chose. Mais honnêtement, depuis quelques semaines à l'entraînement, j'ai vraiment perdu un peu mon niveau donc je dois dire que c'était positif aujourd'hui, et je suis assez content de la façon dont j'ai joué par rapport à mon niveau affiché aux entraînements. C'est quelque chose de mental. J'ai un peu perdu l'élan mais je fais de mon mieux pour le récupérer. Je dois dire que je suis assez confiant pour dire qu'à un moment donné, je le récupérerai. »

Acte 7 : pas à armes égales

Open d'Australie 2021, demi-finale, Medvedev 6-4/6-2/7-5 Tsitsipas

Trop fort, c'est l'impression que pourrait donner le score mais attention au trompe-l'oeil. Avant cette demi-finale, le Grec vient de disputer le match le plus difficile de sa carrière face à Rafael Nadal. Un combat de plus de 4 heures en 5 sets. Impossible de récupérer d'un tel match en moins de 48h. Cela n'empêche pas le Russe de faire l'éloge du Grec avant le match : « Stefanos est un joueur incroyable avec un excellent service, une excellente volée, et il s'est amélioré physiquement, il est donc difficile à jouer. Il y a 2 ans je pouvais dire que c'est pas mal de le jouer en 5 sets mais ce n'est plus le cas maintenant. »

De son côté, Tsitsipas s'attend évidemment un match presque impossible à gagner : « J'ai beaucoup de tennis dans les jambes mais je peux voir cela comme une opportunité de jouer plus longtemps, de sentir le court, de comprendre l'environnement dans lequel je me trouve. Dans l'ensemble, je me sens plutôt bien, je ne me sens pas complètement épuisé. Avec l'expérience, j'ai compris comment conserver mon énergie mais Medvedev va être difficile à battre. L'année dernière à Londres, c'était un bon match de ma part. Il est en très bonne forme, il joue bien au tennis, il joue avec précision. Je ne dirais pas qu'il joue un tennis ennuyeux (sic), il joue très intelligemment. »

Face à un Grec amoindri physiquement, ce fut une promenade pour le Russe qui a joué le match parfait, sans faire de fautes, puissant au service : « Stefanos était fatigué après le match contre Rafa... Ce n'était pas facile pour lui de se déplacer. Je l'ai senti dès le début du match et j'ai axé ma stratégie dessus. » De son côté, le Grec a rendu hommage au jeu du Russe : « Il a vraiment bien joué. Il lit très bien le jeu, il a ce service incroyable qui, je dirais, est proche du service de John Isner, puis il a une tenue de balle du fond du court qui rend les choses extrêmement difficiles. Pour gagner un point, vous devez vraiment travailler dur pour cela. Il joue un jeu très intelligent. »

Acte 8 : Stefanos en mission

Roland Garros 2021, quart de finale, Tsitsipas 6-3/7-6/7-5 Medvedev

Le Grec a encore en travers de la gorge cette défaite à Melbourne où il n'avait pas pu défendre ses chances à 100% de son potentiel physique. C'est au service que le Grec fera la différence sur ce match avec 75% de points gagnés sur ses secondes balles. Le Russe n'aura jamais eu la main sur ce match, subissant constamment les attaques du Grec, auteur d'une prestation exceptionnelle : « Chaque fois que je ne gagne pas un tournoi, c'est une déception. Mais avant de venir ici, si quelqu'un m'avait dit que je perdrais contre Tsitsipas en quart de finale en jouant un bon match, j'aurais signé tout de suite, surtout avec mon bilan de 4 défaites et 0 victoire jusqu'à présent à Roland Garros. Habituellement, le premier mardi, je suis déjà à la maison ! C'était donc un grand tournoi, un grand combat aujourd'hui. Je me suis battu jusqu'au dernier point avec ce service à la cuillière qui était un choix tactique. Je n'avais pas envie de quitter le court hein. J'ai été assez malchanceux sur certains points importants, mais globalement Tsitsipas a été un peu meilleur que moi. Il a remporté un très bon match de tennis. Je ne m'attendais pas à un si bon niveau de sa part. J'aurais dû être plus agressif. J'ai l'impression d'avoir fait beaucoup de bonnes choses aujourd'hui, mais ce n'était pas suffisant pour gagner, et c'est dommage. »

Acte 9 : enfin le grand combat attendu ?

Open d'Australie 2022, demi-finale

Pour le moment, à part à Shanghai, il manque encore ce vrai duel entre deux joueurs à leur meilleur niveau tout le long d'un match. Désormais, les tensions sont apaisées. Les deux joueurs se respectent. La rivalité est toujours vive mais elle est devenu plus saine. Pour Daniil Medvedev, « même si je suis dans la pire forme de ma vie, je vais me battre et essayer de rendre la tâche difficile à mon adversaire. C'est une demi-finale de Grand Chelem quand même ! Stefanos est un joueur difficile. Nous avons joué de nombreux matchs. Il en a gagné quelques-uns, j'en ai gagné quelques-uns. L'année dernière, j'avais réussi à bien jouer. J'espère que je pourrai montrer mon meilleur tennis. »

Le rendez-vous est pris messieurs. A vendredi à partir de 9h30 ! On apportera les croissants...