ATP / Justine Henin : "On n'accorde pas assez de crédit à Djokovic"

Justine Henin, consultante pour Eurosport, est revenue sur la domination de Djokovic cette saison tout en se projetant sur la saison prochaine qui approche à grands pas. La Belge pense que le Serbe ne dominera pas si facilement le circuit en 2022 mais regrette un manque de reconnaissance pour la carrière et le palmarès du Serbe.

"Il sera intéressant de voir comment Medvedev et Zverev vont gêner Novak. Le Russe a pris son envol avec ce titre à l'US Open. L'Allemand, c'est peut-être son année, je pense qu'il est capable de gagner un Grand Chelem même si on doit encore voir comment il va gérer les matchs en 5 sets mais il a pris une nouvelle dimension. Ce sont les deux rivaux les plus dangereux pour Novak. Je ne pense pas qu'il sera aussi dominant qu'en 2021. Le destin du Chelem calendaire s'est joué aux JO de Tokyo à mon avis. Bien sûr, quand on est un athlète de haut niveau, on veut gagner les Jeux olympiques. J'ai eu cette chance et c'est un sentiment extraordinaire. Mais en voulant le Golden Slam et les JO, Novak a finalement perdu les deux. Choisir entre les deux aurait été plus opportun. Mais quand vous êtes un gars fier et ambitieux comme lui, peut-on se priver de représenter son pays ? C'est très facile de commenter après mais il n'avait pas d'autres choix que d'aller à Tokyo."

"Je ne pense pas qu'on lui accorde suffisamment de crédit pour tout ce qu'il a fait dans sa carrière, tout ce qu'il a accompli. Je ne suis pas toujours d'accord avec son comportement car, au final, en essayant et en voulant si bien faire, en voulant être aimé, finalement, il va un peu contre sa nature. C'est ce qu'on peut lui reprocher. C'est aussi un manque d'authenticité à certains moments. Mais dans cette finale de l'US Open contre Medvedev, il nous a donné accès à un vrai moment d'authenticité. Cela m'a vraiment donné des frissons. Cela m'a vraiment mis les larmes aux yeux, honnêtement. Son armure est tombé ce jour-là. Et de voir cette humanité à ce moment-là du peut-être plus grand champion de l'histoire du tennis... J'ai pensé que c'était vraiment quelque chose de beau. La perte du Golden Slam n'avait pas beaucoup d'importance finalement pour lui à ce moment-là. C'est vraiment ce que j'ai ressenti."