USA : le déclin du tennis masculin

Il était difficile d'imaginer en ce 7 septembre 2003 qu'aucun américain n'allait succéder à Andy Roddick lors des 17 prochaines années... Et pourtant, aucun Américain n'a soulevé le moindre Grand Chelem depuis. A cette époque, ils étaient deux représentants de l'Oncle Sam dans le top 5 mondial (Roddick 2ème et Agassi 4ème) ainsi que 6 dans le top 50 et 11 dans le top 100. Aujourd'hui, les Etats-Unis n'ont plus aucun représentant dans le top 20 mondial et doivent encore s'en remettre à John Isner (34 ans) pour servir de porte-drapeau. Depuis le titre d'André Agassi en 2003, aucun Américain ne s'est hissé en finale à Melbourne.

Depuis le titre d'André Agassi en 1999, aucun Américain ne s'est hissé en finale à Roland Garros. Depuis le titre de Pete Sampras en 2000, Andy Roddick est le seul à avoir atteint la finale de Wimbledon, battu à 3 reprises par Roger Federer. Et depuis 20 ans, Sampras, Roddick et Agassi sont les seuls à avoir réussi à offrir au public de Flushing Meadows une présence en finale à New-York.

Bientôt 20 ans que le tennis masculin américain décline. Doucement mais sûrement...

L'affrontement entre Tennys Sandgren et Sam Querrey au 4ème tour de Wimbledon en juin dernier était le premier duel entre deux Américains depuis 2007 (Roddick vs Fish à Melbourne) en 2ème semaine d'un tournoi du Grand Chelem. Depuis 10 ans, aucun Américain n'a disputé une finale de Grand Chelem. Le précédent record (en année d'absence) était de seulement 3 ans entre 1986 et 1989. Le 9 août 2010, lorsque Andy Roddick quitte momentanément le top 10 mondial en raison d'une mononucléose, il met fin à 37 ans de présence américaine sans interruption parmi l'élite mondiale.