WTA / Adélaïde : Leylah Fernandez peut-elle créer la surprise contre Swiatek ?

C’est le choc de la nuit à Adélaïde. Dans un tournoi qui a déjà perdu trois de ses quatre têtes de série les plus élevées – Aryna Sabalenka (N°2), Maria Sakkari (N°3) et Paula Badosa (N°4) -, il y a forcément un coup jouer pour Iga Swiatek comme pour Leylah Fernandez. Les deux joueuses s’affrontent en huitièmes de finale, et ce pour la première fois de leur carrière. Elles ont bien entamé l’exercice 2022 en s’imposant en deux sets, la Polonaise contre Daria Saville, la Canadienne contre Ekaterina Alexandrova. Fernandez a été nettement plus impressionnante. D’abord, son adversaire était largement supérieure (N°34 mondiale) à l’ex Mademoiselle Gavrilova. Ensuite, la jeune joueuse de 19 ans s’est montrée particulièrement efficace au service (86% des points gagnés derrière sa première, aucune balle de break concédée). Au contraire, Swiatek a perdu sa mise en jeu à deux reprises.      

 

Leylah Fernandez n’avait plus joué en compétition depuis presque trois mois. Elle avait décidé de mettre un terme à sa saison 2021 après son élimination en huitièmes de finale à Indian Wells. Il faut dire que la Canadienne (vous pouvez relire son portrait ici), entraînée par son père, venait tout juste de vivre des émotions fortes et nouvelles en se hissant jusqu’en finale de l’US Open alors qu’elle n’était que 73ème à la WTA : « Après l’épreuve californienne, nous avons décidé d'en rester là et de commencer à nous préparer pour 2022, a-t-elle raconté il y a quelques jours. Mais j’ai d’abord commencé par déconnecter du tennis. C'était une transition un peu étrange, mais très amusante. J'ai pris quelques jours de congé, j’ai passé du temps à la plage avec ma famille, et je suis allée en Équateur pour voir jouer ma jeune sœur dans un tournoi ITF. C’est la seule fois où j'ai touché une raquette de tennis durant cette période, juste en tant que sparring partner. »

 

Tombeuse de Naomi Osaka, Angélique Kerber, Elina Svitolina et Aryna Sabalenka lors de sa formidable épopée à Flushing Meadows, celle qui pointe aujourd’hui au 24ème rang ne se fixe presque aucune limite pour 2022 : « Je veux atteindre le top 10 et participer au Masters à la fin de l'année. Évidemment, je veux gagner un Grand Chelem et me racheter pour la finale perdue à l'US Open la saison dernière. J'ai réussi à le faire à New-York et je veux faire exactement la même chose ici en Australie. En dehors des objectifs de résultats, je veux continuer à profiter de jouer au tennis sur un court. Je veux également continuer à travailler très dur avec mon équipe. Je souhaite garder ce sourire sur mon visage, montrer de la joie et je veux aussi progresser sur le plan physique. »

 

Elle n’a qu’un an de plus, mais Iga Swiatek a déjà triomphé dans un Majeur. C’était à Roland Garros en 2020. En fin d’année dernière, la N°9 mondiale a disputé les finales WTA à Guadalajara – élimination en phase de groupes. Mais la Polonaise retient surtout une saison 2021 particulièrement stressante : « Je n'ai pu me détendre qu'après les Jeux olympiques, a-t-elle récemment expliqué.  J'ai eu une période assez difficile. À Roland Garros, Wimbledon, puis aux JO, il y avait beaucoup d'attente autour de moi, et donc pas mal de pression. Et la saison semblait ne jamais s’arrêter. Dès que je terminais un tournoi, je me préparais déjà pour le suivant. Honnêtement, j’ai du mal à imaginer jouer avec cette intensité pendant six années supplémentaires. Sinon, je crois que je n’aurais plus du tout envie de voir un court de tennis. »

 

L’objectif pour la suite est donc clair pour la jeune joueuse de 20 ans : « J’espère me reposer davantage durant la saison et parvenir à être plus sereine. Je n’ai pris qu’une semaine de repos durant la présaison. » Tenante du titre à Adélaïde, la voici très heureuse de débuter l’année en Australie : « C’était déjà le cas en 2021. C’est un endroit détendu et calme. Je me souviens ne pas être du tout stressée. » Une indication quant à l’issue du combat qui l’attend face à Leylah Fernandez, dont elle part favorite (1,60 contre 2,40) ? Pas forcément. Même si la Polonaise a montré qu’elle a progressé sur dur (titre à Adélaïde donc, et huitième de finale à l’Open d’Australie comme à l’US Open) et que la terre n’est pas la seule surface où elle pouvait briller, les prises de balles précoces de la Canadienne risquent de la prendre de vitesse.

 

La fougue et le fighting spirit de la native de Montréal pourraient néanmoins bousculer son adversaire. Aussi, la faculté de Fernandez à trouver des angles courts croisés ont de quoi faire bouger la Polonaise. Et même si cette dernière s’est toujours bien débrouillée face aux gauchères (81% de victoires), même sur dur (5 victoires pour une seule petite défaite en carrière), signalons que ses victimes n’ont jamais atteint le niveau de la Canadienne (Swiatek n’a battu que des joueuses situées entre la 60ème et la 150ème place mondiale). Déterminée, Leylah Fernandez semble dans de meilleures dispositions et pourrait bien créer la surprise.  

Un prono vaut mille mots

WTA - Adelaïde Par Rodolphe CAZEJUST
Fernandez vs Swiatek

victoire Fernandez
Perdu

Cote 2.4 Winamax

Mise BK 0.75%

le 05/01