WTA / Angélique Kerber : "Gagner encore un Grand Chelem, c'est ma motivation"

C'est la saison sur herbe qui a totalement relancé Angélique Kerber. L'ancienne numéro une mondiale (33 ans) a traversé plusieurs mois difficiles avant de remporter le titre à l'Open de Bad Homburg et enchaîner sur une demi-finale à Wimbledon. Avec 21 victoires pour seulement 6 défaites, l'Allemande a réalisé un second semestre de très grande qualité. Quand on voit la liste des joueuses qui l'ont battue, on se rend compte du niveau de jeu affiché par Kerber sur la fin de saison. Elle s'incline deux fois contre Barty, titrée à Wimbledon et Cincinnati, contre Badosa titrée à Indian Wells ainsi que face à Fernandez, finaliste à l'US Open.

La triple vainqueur de Grand Chelem ne s'intéresse plus au classement et croit encore en ses chances pour remporter un Majeur. Sa passion et ses ambitions sont intactes avant d'entamer cette saison 2022.

"Je me sens bien et je suis assez confiante. Je viens de réaliser une seconde moitié de saison incroyable avec un titre et deux demi-finales à Wimbledon et Cincinnati. J'ai également bien joué à l'US Open. Lors de la Billie Jean King Cup à Prague, j'ai battu à nouveau une vainqueur de Grand Chelem. Je sais que je peux encore gagner contre les meilleures joueuses du monde. Je ne suis pas quelqu'un qui regarde sans cesse le classement. Ils ne sont plus si importants pour moi. L'essentiel est que je joue bien, que je mette tout mon cœur dans ce que je fais. Je veux être dans le coup pour gagner un Grand Chelem, c'est ma motivation. J'aime ce sport, être sur le court et gagner. La plupart de mes adversaires savent qu’elles doivent jouer leur meilleur tennis pour me battre. J'ai travaillé dur au cours des six derniers mois pour regagner ce respect. Je ferai tout pour que ça reste ainsi."

"La clé qui m'a permis d'améliorer mes résultats a été le retour des fans dans les tribunes et la confiance que j'avais en moi et en mon potentiel. En début de saison, je jouais mal et j'étais dans le dur physiquement. Mais je n'ai jamais perdu cette confiance, même dans les moments difficiles. Continuer à me battre après avoir été abattue fait en quelque sorte partie de mon ADN. Tout au long de ma carrière, j'ai eu beaucoup de patience en moi et j'ai toujours cru que je pouvais réussir à nouveau."

"En tant que joueuse de tennis, je suis seule sur le court. Tant de choses peuvent m'affecter : la pression, l'adversaire, le prochain coup et les objectifs à moyen et long terme. Au fil des ans, j'ai appris à gérer la pression et à améliorer ma force mentale. Juste avant d'entrer sur le court, je fais des exercices de respiration pour me calmer. Ce sont mes grands-parents qui m'ont appris : fixer des objectifs et travailler dur, même lorsque les choses tournent mal. Gagner Wimbledon était mon rêve d'enfant. En 2018, après plus de 10 ans de travail acharné, j'y suis enfin parvenu. On n'obtient pas un tel succès après seulement deux semaines de jeu, mais grâce à la persévérance et au travail acharné. Vous avez besoin de cette force mentale et physique pour surmonter les difficultés."

"2016 et 2018 ont sans aucun doute été deux années très spéciales dans ma carrière. Cependant, il y a aussi eu beaucoup de défaites auxquelles j'ai dû faire face au cours des dernières années. 2017 n'a pas été facile. J'ai perdu beaucoup de matchs et je n'étais pas au mieux de ma forme. Bien sûr, j'ai été critiquée et les gens ne croyaient plus en moi. Mais c'est justement dans ces moments difficiles que je puise ma force. Mon objectif était de revenir encore plus forte. Je veux montrer à tout le monde et surtout à moi-même que je peux le faire. Je me fiche de ce que les gens écrivent sur moi, parce que je sais où je veux aller. Avec mon expérience - 18 saisons au plus haut niveau - je peux conseiller aux jeunes joueuses de puiser leur force dans les défaites, de toujours croire en soi ; peu importe ce que disent les autres. J'ai dû apprendre cela aussi et à la fin, cela a fait de moi la personne que je suis aujourd'hui. "