WTA / Barty, le retour aux sources

Avant de s’envoler pour la Californie afin de participer au tournoi WTA 1000 d’Indian Wells, Ashleigh Barty a effectué un détour pour visiter un lieu mythique de son pays natal, Uluru. Surnommé « Ayers Rock », cet immense rocher en grès situé en plein coeur de l’Australie est un lieu sacré pour les peuples aborigènes Pitjantjatjara et Yankunytjatjara. Un véritable retour à ses racines, puisque son père, Robert, appartient à la communauté aborigène des Ngarigo : « C’est un sentiment incroyable, a t-elle déclaré au moment de cette découverte. Ce lieu est tellement spirituel. Depuis que je suis enfant, je considère Uluru comme le battement de coeur de notre nation. Avoir cette opportunité pour la première fois aujourd’hui est quelque chose de très spécial. »

En qualité d’ambassadrice du Tennis Australia’s First Nations, la championne australienne s’est également rendue dans la ville d’Alice Springs, dans le Centre rouge. Au menu notamment, une rencontre avec des élèves des écoles locales dans le cadre du programme Racquets and Red Dust, qui vise à aider des populations indigènes dans le besoin. « Ces jeunes sont des athlètes incroyables », a t-elle raconté après avoir tapé quelques balles avec certains enfants. Ils ont commencé à apprendre le tennis il y a seulement quelques jours et pourtant ils sont déjà capables de disputer des échanges. C’est tout simplement époustouflant. Le tennis peut faire partie de l’éducation. Il permet d’être en bonne santé et de développer son bien-être. C’est aussi une opportunité d’apprendre une nouvelle compétence et de se connecter avec des gens qui viennent d’horizons divers ». 

Toujours aussi humble et accessible, celle qui a déjà remporté deux trophées cette saison, dont l’Open d’Australie, son troisième Majeur en carrière, Barty est solidement installée à la première place du classement mondial. Avec 110 semaines consécutives dans cette position de leader de la WTA, elle présente la cinquième plus longue série de l’histoire. Elle va rapidement faire encore mieux puisque Chris Evert, au quatrième rang, compte 113 semaines d’affilée.